Articles

L´ambassadeur chinois au panama répond aux attaques de Pompeo

Panama, 22 octobre (Prensa Latina) L´ambassadeur chinois dans cette capitale, Wei Qiang, a affirmé que son pays ne considère le Panama que dans l´optique de se faire de nouveaux amis, au lieu d´ennemis, et ce en réponse au secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo.


L´hebdomadaire Capital Financiero a publié des déclarations du diplomate asiatique, qui assure que son pays n´a pas « le moindre intérêt dans les jeux de pouvoir, et encore moins à nuire à quelque tiers qui soit », ce qui est une évidente réponse aux attaques de Pompeo lorsqu´il a fait part à la presse de son pays de « l´attitude prédatrice de la Chine ».

La source signale que « Wei a souligné le fait que son pays est invariablement engagé avec sa politique extérieure de paix et d´indépendance qui rejette catégoriquement toute ingérence dans les affaires souveraines d´autres pays ».

« Lorsque la Chine voit des amis renforcer leurs liens de coopération avec des pays tiers, qu´ils soient des partenaires nouveaux ou traditionnels, elle n´est pas contrariée et ne s´effraie pas, mais au contraire, nous en les félicitons car nous y voyons quelque chose de positif pour le bien commun de la communauté internationale », a-t-il affirmé.

« Transparence, honnêteté, égalité et respect sont les bases de nos liens bilatéraux », a-t-il déclaré tout en niant les intentions de nuire et en précisant que la « vocation de la Chine est d´unir et de relier au lieu de diviser et semer la zizanie ; celle d´avoir un grand cœur plutôt qu´une exiguïté mentale ».

L´ambassadeur a réitéré que la « Chine respecte pleinement l´état de droit du Panama, et les entreprises chinoises au Panama ont présenté d´irréprochables records de transparence, de légalité et de responsabilité sociale », a publié l´hebdomadaire.

Même s´il n´a pas fait part des motivations de telles déclarations, Wei a ainsi réfuté les insultes du secrétaire d´État qui a prévenu le président panaméen, Juan Carlos Varela, quant aux relations avec la Chine et l´a conseillé ne pas toujours répondre à l´appel de la nation asiatique.

« Le problème est quand apparaissent des entreprises étatiques qui ne sont clairement pas transparentes, ne sont pas stimulées par le marché, et ne sont pas faites pour bénéficier au peuple du Panama, mais au Gouvernement chinois », s´est exprimé Pompeo face aux journalistes suite à sa conversation avec le mandataire panaméen.

Le secrétaire étasunien a réalisé jeudi dernier une visite éclair dans cette capitale, lors de laquelle il s´est entretenu 30 minutes avec le président Varela, avant de s´entretenir en privé un bref instant, ce qui a suffi pour transmettre le message de vis-à-vis, objectif réel de cet inespéré déplacement selon des analystes locaux.

« La rupture avec Taiwan et l´ouverture avec Pékin se sont faites dans le dos des étasuniens », a récemment révélé John Feeley, ancien ambassadeur de cette nation dans cette capitale ; « cet acte de souveraineté a valu de se faire tirer les oreilles par le gendarme planétaire », ont ironisé les commentateurs locaux.

Le propre secrétaire d´État nord-américain a reconnu, lors d´une interview donnée à la chaîne panaméenne TVN, et ce à la suite des entretiens officiels, que « nous voulons nous assurer du fait que vous (les panaméens) ayez les yeux bien ouverts lorsqu´il s´agit des investissements de la Chine dans le pays et la région ».

peo/agp/orm