Articles

Presque la moitié des russes éprouvent de la honte à la perte de l'Union Soviétique

Moscou, 17 janvier (Prensa Latina) 45 pour cent des russes éprouve de la honte ou de la tristesse lorsqu'ils pensent à la disparition de l'Union Soviétique, alors que 87 pour cent d'entre eux se sentent fiers à la pensée que les pays de l'Union Soviétique ont remporté ensemble la seconde Guerre Mondiale, apprend-on aujourd'hui par un sondage que publie Levada-Centro.


Selon cette enquête d'opinion, le nombre de personnes se lamentant des conséquences de la Pérestroïka est passé  de 20 pour cent en 2107 à 24 pour cent à la fin de  l'année dernière.

De plus, 50 pour cent des mille 600 personnes interrogées ont répondu que la Conquête Spatiale était un motif de fierté nationale et 45 pour cent pensent que le retour de la Crimée sous juridiction russe après le référendum de mars 2014 constitue également un motif d'orgueil national.

88 pour cent des personnes interrogées considèrent aussi que la Russie se doit de maintenir son statut de grande puissance mondiale.

À la fin de l'année dernière, on a enregistré une forte augmentation du public assistant à la projection de films exaltant l'orgueil national et les faits de bravoures du peuple soviétique.

L'un des plus grands succès pour le nombre d'entrées a été le long métrage intitulé "Dvizhelie verj" (littéralement : "Mouvement vers le haut"), qui raconte l'histoire de la victoire de l'équipe de basket soviétique sur l'équipe des États-Unis lors des Jeux Olympiques de Munich de 1972.

Ce film a été projeté pour la première fois en décembre 2017 et, en mars 2018, il avait déjà récolté trois milliards de roubles (45 millions 139 mille dollars), devenant ainsi le film ayant obtenu le plus grand nombre d'entrées de toute l'histoire moderne russe.

En décembre dernier est également sorti sur les écrans "T-34", un autre film qui promet de devenir un succès de vente: il raconte l'histoire de l'équipe de quatre soldats d'un T-34, le tank légendaire de l'Armée Soviétique pendant la second guerre mondiale.

Il semble évident que ce sentiment de tristesse et ces regrets éprouvés par une grande partie de la population russe font pendant à certaines déclarations du président Vladimir Putin qui a qualifié de "tragédie" la désintégration de l'Union Soviétique.

Des millions de personnes se trouvèrent d'un jour à l'autre en terre étrangère dans un pays qui, jusqu'alors, avait fait partie de leur patrie commune, souligne Putin.

peo/tgj/to/cvl