Articles

La Russie réitère son intention de coopérer avec le Venezuela malgré les sanctions des États-Unis

Moscou, 18 mars (Prensa Latina) La Russie a aujourd'hui réitéré son intention de coopérer avec le Venezuela dans les domaines énergétique et technico-militaires en dépit des sanctions unilatérales imposées par les États-Unis.


Ces restrictions n'auront absolument aucune influence sur l'attitude de la Russie, a déclaré le vice-ministre des Affaires Étrangères, SerguéiRiabkov, en réponse à l'annonce faite à Washington de pénalités supplémentaires contre Moscou en raison de l'aide apportée au Venezuela par la Russie.

La semaine dernière, le secrétaire d'État nord-américain, Michael Pompeo, a accusé la compagnie pétrolières russe Rosneft et sa direction de faire du commerce avec le Venezuela et d'acheter du pétrole vénézuélien, violant ainsi les sanctions imposées par Washington de manière unilatérale.

Moscou, pour sa part, a laissé entendre que Washington violait la Charte de l'ONU lorsqu'il punissait le Venezuela unilatéralement, et qu'il intervenait de manière flagrante dans les affaires internes d'un État souverain.

La télévision russe a rapporté des informations en provenance de Washington concernant un projet destiné à imposer de nouvelles restrictions contre la Russie, et les autres pays qui soutiennent le gouvernement légitime de Maduro.

Ces informations indiquent que la présence grandissante de la Russie dans l'hémisphère occidental inquiète les États-Unis et leurs alliés qui aimeraient s'en tenir à une stricte application de la Doctrine Monroe, une doctrine datant du XIXème siècle.

La doctrine de Monroe considère l'Amérique Latine comme la chasse gardée de l'Amérique du Nord, c'est-à-dire comme son arrière-cour, ce dont s'est plainte la semaine dernière Maria Zarajova, la porte-parole du Ministère des Affaires Étrangères russe.

Le projet de loi présenté au Congrès nord-américain prévoit l'interdiction d'accorder des visas aux étrangers qui agiraient dans l'intérêt du Gouvernement russe pour soutenir les forces de sécurité vénézuéliennes.

Lors de ce vote, les membres du Congrès auront certainement en tête le voyage au Venezuela des deux superbombardiers russes TU-160, en décembre dernier, et le soutien financier de Moscou au Gouvernement vénézuélien par le biais de remises de fonds à la compagnie pétrolière d'État Pdvsa.

peo/oda/to