Articles

L'Assemblée Constituante du Venezuela demande que soit appliquée la Loi contre la Haine

Caracas, 20 mars (Prensa Latina) Face aux nombreux appels à l'intolérance et à la confrontation émis par l'opposition, l'Assemblée Nationale Constituante (ANC) du Venezuela exhorte les autorités à appliquer la Loi contre la Haine, approuvée en 2017.


Au cours de la session sociale de ce mardi, le président de cette Assemblée plénipotentiaire, Diosdado Cabello, a demandé la création de deux commissions chargées de transmettre des requêtes allant dans ce sens au Tribunal Suprême de Justice et au Ministère Public.

La première vice-présidente de l'ANC, Tania  Diaz, a réitéré la nécessité de mettre en application les droits stipulés dans la Loi contre la Haine et pour la Cohabitation  Pacifique  et la Tolérance; ce faisant, elle faisait référence aux agressions perpétrées dans l'État de Táchira durant les heures ayant suivi le sabotage électrique du 7 mars dernier.

En effet, samedi dernier, dans la localité d’Umuquena, municipalité de San Judas Tadeo, à la frontière ouest du pays, des individus violents ont incendié le domicile  de la mairesse, Betzabeth Gandica, laquelle a dénoncé devant l'Assemblée Constituante les risques qu'à dû encourir sa famille.

Cette dernière a précisé que ces actes faisaient partie d'un plan de terrorisme concerté de la part de militants de l'opposition -quatre sont déjà détenus-, et que ces derniers ont menacé de l'assassiner, raison pour laquelle elle demandait que les personnes impliquées dans ces faits soient traduites devant la justice.

Sur ce même thème, Tania Diaz a tenu à condamner l'opération psychologique en cours contre les citoyens qui sont favorables au processus de révolution Bolivarienne.

Madelein García, la correspondante de la chaine de télévision multinationale TéléSur a également témoigné devant l'Assemblée Constituante. Elle a dénoncé les menaces contre sa personne pour le simple fait d'avoir rapporté la vérité sur les événements du 23 février dernier à la frontière entre le Venezuela et la Colombie.

Madelein García a été l'une des premières journalistes à démonter sur place les faits au sujet de la campagne médiatique voulant faire croire que l'un des camions de l'aide dite "humanitaire" avait été incendié par les forces de l'ordre vénézuéliennes alors, qu'en réalité, l'incendie avait été volontairement causé par des groupes violents encouragés par l'opposition.

La Loi Constitutionnelle contre la Haine et en faveur de la Cohabitation Pacifique et de la Tolérance a été approuvée par l'assemblée plénipotentiaire et elle est en vigueur depuis le 9 novembre 2017. Elle prévoit des sanctions allant jusqu'à vingt années de prison pour les personnes ayant encouragé des délits de cette nature.

Peo/agp/wup/cvl