Agence de Presse de l'Amérique Latine

Lester Hamlet: «Il faut adapter le théâtre au cinéma»

La Havane (PL) Lester Hamlet, souligne que le théâtre cubain est plein d’œuvres qui doivent être analysées et adaptées au cinéma.

Il est entendu dire que le talon d’Achille de notre cinématographie sont les scénarios, mais je ne suis pas d'accord, assure le réalisateur de « Ya no es antes » dont la première s'est tenue hier dans le cadre du 38è Festival international du Cinéma latino-américain de La Havane.

Inspiré de la pièce théâtrale Weekend à Bahia du dramaturge cubain décédé en 2005 Alberto Pedro, le 4ème court-métrage de Lester Hamlet porte sur l'impossibilité d'aimer dans une relation de couple à cause de l'immigration.

Il y  avait un mythe autour de cette œuvre et j'ai entendu dire que Titon (Tomas Gutierrez Alea) avait voulu tourner un film en s'inspirant de cette pièce. Je suis très intéressé par les personnages, ils montrent plusieurs aspects dont il me semble il faut parler aujourd'hui, dit Hamlet.

L'histoire de Mayra (Isabel Santos) et Esteban (Luis Alberto Garcia) aborde l'exode et la séparation familiale vue d'une autre point de vue. Le scénario a été écrit dans le années 80, mais si l'on faisait des changements il serait parfaitement cohérent et logique aujourd'hui. Cela montre la bonne qualité des dramaturges parce que ce sont des scénarios qui s'adaptent à n'importe quelles période historique, rajoute-t-il.

En ce qui concerne le rôle de Mayra, le réalisateur indique qu'il s'agit d'une dame très fidèle à ses mœurs cubains malgré le fait de vivre depuis 40 ans à l'étranger, alors qu'Esteban est un homme fatigué, dont la manière d'agir n'est pas commune chez Luis Alberto Garcia.

D'après Hamlet il fallait que les personnalités de chaque personnages contrastent et que les acteurs montrent ce que chaque personnage représentait.

Quant aux tournages des scènes, selon Hamlet, elles ont été toutes très difficiles parce que même si il y a une apparente complicité entre ces deux personnages ils sont touchés par de démons. On ne sait jamais pour quoi Mayra va à cette maison. Quelle est la cause de sa colère, de sa folie, de son déséquilibre émotionnel ? On se sait pas non plus quelle est la raison de la solitude et de l'affaiblissement d'Esteban.

L'action du film « Ya no es antes » se déroule dans un appartement dans le quartier Chivas, à La Havane, contigu à la zone où se déroule l'action de la pièce de théâtre.

Je voulait que les actions de déroulaient dans un appartement à plusieurs pièces : le salon, la chambre, la salle de bain, le balcon.

Tourner un film ayant un discours verbalisée demandait du dynamisme, souligne Hamlet.

J'ai été persuadé qu'il était impossible de tourner le film dans une seule scénographie. Cela ne m'intéressait pas. Finalement, j'ai réussi à réaliser un film avec beaucoup de mouvements de caméra. Le travail d'un photographe comme Raul Pérez Ureta a été fondamental et formidable, dit le réalisateur.

Je crois qu'il s'agit d'un film d'amour, très singulier. Je sais pas comment le public va-t-il réagir mais j'en suis très satisfait, continue-t-il,

Lester Hamlet (La Havane, 1971) conte dans sa filmographie trois longs-métrages (« Trois fois deux », « Une Vieille maison » et « Fable ») ainsi que plusieurs documentaires et vidéoclips.

Par  Pedro Quiroga Jiménez
Journaliste à Prensa Latina
lp/rc/ifb/pqj