Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

L'économie latino-américaine connaît une récession en 2016

La Havane (PL) Les pays de la région d'Amérique latine et Caraïbes terminent l'année 2016 avec des taux de croissance économique inégaux. Quelques-uns montrent une chute du Produit intérieur brut (PIB) alors que d'autres en ont connu une croissance.

Les experts signalent une récession de prés de 0,9 % en 2016, soit un ralentissement du rythme de croissance au-dessus de celui de l'année 2015 quand l'économie de la région a connu un recul.

La Commission économique pour l'Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) a signalé en avril une récession de 0,6 %, un chiffre qui s'est élevé en juillet à 0,8 % et à 0,9 % en octobre, presque le double du fléchissement de l'économie en 2015 ( 0,5 %).

Lors de ses déclarations à Prensa Latina, la secrétaire générale de la Cepal, Alicia Barcena, a indiqué que parmi le facteurs qui avaient amené à cette situation il y avait la chute des cours du pétrole et d'autres matières premières et la récession de l’économie chinoise.

D'autres facteurs expliquant le ralentissement du taux de croissance sont la faible croissance de l'économie américaine durant presque toute l'année et l'évolution peu dynamique de l'activité économique dans la région, surtout dans le pays d'Amérique du Sud, explique Alicia Barcena.

L'évolution de l'économie dans les pays latino-américains et caribéens a aussi été touchée par le faible dynamisme et l'incertitude de l'économie mondiale, par la décélération des exportations et par la chute des investissements étrangers lesquels se sont déplacés ces dernières années vers les pays développés.

UNE CROISSANCE DU PIB INÉGALE

L'Amérique du Sud -où la production de matières premières, surtout de minéraux et carburants, domine- montre une contraction du PIB d'au moins 1 %. Les pays les plus touchés sont le Brésil, l'Argentine, le Venezuela et l'Équateur. D'après les estimations de la Cepal, ceux pays ont connu un recul de 3,4 % à 1,8%

En revanche, le Chili, la Colombie, le Paraguay, le Pérou, l'Uruguay ont eu une croissance du PIB au-dessus du 1 %. La Bolivie, quant à elle, a connu une croissance de 4,4 %.

En Amérique centrale et Caraïbes, la République dominicaine et le Panama ont eu une croissance de plus de 5% et le Nicaragua, la Dominique et le Costa Rica dépassent le 4%.

En résumé, la récession dans la région a entrainé par conséquent la hausse du taux de chômage et la détérioration des conditions du travail.

Selon un rapport de l'Organisation internationale du Travail (OIT) le taux de chômage a atteint 8,1 %, soit 1,5 % supérieur à celui de 2015 et il est le taux le plus élevé dans les dix dernières années.

Par Roberto Salomon
Rédaction Économie

rm/lp/arb/mfb/rs