Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Bolivie : de nouveaux objets archéologiques dévoilés dans la cité ancienne de Tiwanaku


Par Cosset Lazo Perez

La Paz (PL) Les récentes trouvailles de traces historiques sous l'ancienne cité de Tiwanaku renforcent l’attractif culturel de ce site considéré l'un des plus importants de la Bolivie en matière d'archéologie.

Récemment, des chercheurs de l'Organisation des Nations unies pour l'Éducation, la Science et le Culture (Unesco), par le moyen des nouvelles technologies,  ont mis à jour une centaine de petites figures, des possibles foyers, de fosses, des canalisations et des chemins dans la cité archéologique de Tiwanaku. Ce site archéologique se trouve à 15 kilomètres au sud-est du lac Titicaca et à plus de 3. 000 mètres au-dessus de la mer.

Selon les experts, grâce à un système de télédétection doté d'un drone et à des images satellites, ils sont parvenus à découvrir que Puma Punku n'était pas seulement une pyramide mais un complexe de plus de 14 hectares où il y avait des traces de possibles temples. 

Sous ce complexe on retrouve deux plateformes enterrées et une place, possiblement associées  à des pratiques religieuses et à un réseau hydraulique, a indiqué l'archéologue espagnol José Ignacio Gallegos, consulteur de l'Unesco et collaborateur de l’Universidad Complutense de Madrid. 

Situé dans le complexe Tiwanaku, Puma Punku ou La Puerta del Puma est un monticule de terre en terrasses avec de blocs mégalithiques (des constructions avec des grandes pierres sans tailler).

D'après le professeur Gallegos, les chercheurs pourraient prendre 25 ans et même plus pour reconstruire la ville millénaire dû aux récentes découvertes.

À la suite de la découverte les experts travaillent sur chaque trace archéologique dans le but de déterminer si celles-ci correspondent à d'autres cultures que la tiwanakota et la chiripa (une population qui s'est rependue le long de la rive orientale du lac Titicaca).

Cette trouvaille fait partie du projet Préservation et Conservation de Tiwanaku et de son pyramide d'Akapana, constituée de sept terrasses échelonnées, soutenues par de murs de soutènement.

Selon les experts, les Tiwancotas utilisaient ces lieux pour réaliser des cérémonies religieuses car au sommet il y avait un petit temple moitié-enterré sous forme de croix.

Les archéologues espèrent parvenir à des accords avec les habitants du site pour débuter les excavations et dévoiler les mystères de la construction.

*Correspondante de Prensa Latina en Bolivie

lp//msm/clp