Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

La Syrie et la Russie condamnent l'attaque nord-américaine

Moscou, Damas, 8 juin (PL) Suite à une seconde attaque en deux mois contre des forces pro-gouvernementales, la Russie a précisé méconnaître l'existence de zones démilitarisées décrétée unilatéralement par les États-Unis et ses alliés. 

Le Ministre russe des Relations Extérieures, Serguei Lavrov, a signalé que « les uniques zones de cessez-le-feu, établies légalement avec le gouvernement syrien, sont celles que parrainent Moscou, Ankara et Téhéran ».

Lavrov a également commenté les arguments données par le Pentagone pour justifier l'attaque contre les forces syriennes dans la région d'Al Taraf.

« Nous avons connaissance qu'en réalité la colonne des forces gouvernementales cherchait à protéger deux ponts, entre la Syrie et l'Irak, que les terroristes de l'État Islamique (EI) voulaient détruire », a-t-il affirmé.

« De fait, l'EI a détruit ces deux voies de communication, raison pour laquelle se pose la question de savoir qui les forces de la coalition occidentale protègent en réellement ? », a-t-il développé.

Pour sa part le Commandement des forces alliées en Syrie a qualifié cette attaque d' « acte lâche et démonstratif du soutien de Washington aux terroristes ».

« Les États-Unis ne recherchent pas la paix, ni ont l'intention de combattre le terrorisme, mais cherchent à maintenir ces foyers en territoire syrien pour qu'ils exécutent leurs ordres ; tout comme l'EI, se sont de simples instruments aux mains des États-Unis et du Sionisme », est-il précisé dans la déclaration.

peo/oda/to/oda/pgh