Agenzia di stampa latinoamericana Prensa Latina - Cuba

Le Qatar avance dans son enquête sur la polémique cyberattaque

Doha, 9 juin (PL) Le Qatar a informé des résultats préliminaires des enquêtes, menées avec aide étrangère, pour déterminer les responsables d'une cyberattaque, utilisée comme prétexte pour déclencher la pire crise diplomatique régionale.

Le Ministère de l'Intérieur a assuré qu'une équipe de spécialistes locaux, conseillés par le Bureau Fédéral de Renseignement (FBI) des États-Unis et la Commission Nationale Britannique pour Combattre le Délit (NCA), a confirmé que les pirates informatiques ont commencé à élaborer leur action depuis le mois d'avril.

Un communiqué de la chancellerie a précisé que les « enquêteurs ont confirmé que le processus de piraterie avait utilisé de hautes technologies et des méthodes novatrices pour exploiter une brèche électronique du site internet de l'agence nationale QNA ».

La note précise que « notre équipe d'investigation a été capable d'identifier les sources desquelles l'attaque a été perpétrée ». Selon l'enquête, il a été confirmé que « le fichier hacké a été installé en avril, puis exploité lors de la publication de fausses informations le 24 mai à 12h13 ».

L'attaque du site internet de l'agence officielle QNA et de ses comptes sur les réseaux sociaux a attribué à l'émir du Qatar, le cheik Tamim Bin Hamad Al-Thani, des déclarations qui ont déclenché de nombreuses critiques de gouvernements arabes du Conseil de Coopération du Golfe (CCG).

Parmi les commentaires les plus polémiques se détachent ceux dans lequel le mandataire qatari reconnaît supposément des tensions avec le gouvernement de Donald Trump, puis celui de la supposée reconnaissance du mouvement islamiste Hamas comme « représentant légitime du peuple palestinien ».

De plus le cheik a prétendument qualifié l'Iran de « grande puissance de stabilisation de la région », ce qui a provoqué la colère de nombreux pays.

Les autorités locales ont remercié la « fructueuse collaboration du FBI et de la NCA » qui ont agit dans le cadre des accords signés avec ce pays.

peo/lam/Ucl