Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Venezuela dans le tourbillon de l´agression

Par Luis Beaton

Caracas, 28 novembre (Prensa Latina) Le Venezuela se trouve aujourd´hui enveloppé dans le tourbillon de l´agression, plus particulièrement dans le domaine économique qui est aujourd´hui le centre d´un coup d´État qui, selon des experts, a déjà commencé.


Après l´échec des actions violentes encouragées depuis avril et jusqu´au mois de juillet, les ennemis du processus bolivarien centrent maintenant leurs efforts sur la situation économique interne.

Selon un article d´opinion que publie ce mardi le quotidien Ultimas Noticias, « dans ce scénario, l´attaque soutenue contre le Bolivar (monnaie vénézuélienne) est clé, puisqu´elle provoque sa dévaluation de façon à ce qu´on ne puisse pas avoir de souveraineté monétaire. Le paiement de la dette se transforme en une arme dangereuse. Mais le danger le plus important provient de cinquième colonne corrompue, et de fait collaboratrice, de l´Empire », est-il signalé dans le commentaire.

Le texte ajoute que les prix deviennent le principal champ de bataille, en utilisant le dollar de guerre. « Une économie dépendante des importations peut difficilement atteindre une stabilité monétaire et des prix par le biais de la négociation alors que la droite impériale veut renverser le gouvernement », y est-il commenté.

Face à cette situation, les critiques qui appellent le gouvernement à adopter des mesures efficaces pour affronter les ennemis du processus bolivarien, et en général du peuple vénézuélien, sont nombreux.

Certaines analyses indiquent qu´il n´y a « actuellement pas de salaire qui permette d´acquérir les biens essentiels compte tenu de l´augmentation incontrôlable des prix ».

Selon certains, ceci fait partie d´un coup d´État économique qui cherche à renverser le gouvernement et qui est mis en évidence par la flambée démesurée des prix et la féroce attaque menée contre la monnaie nationale.

Cette inflation à laquelle font aujourd´hui face les vénézuéliens est le coup d´État économique des secteurs bourgeois internes qui disposent du puissant soutien de l´appareil externe que mobilisent et organisent les États-Unis pour s´approprier les ressources du pays.

« Ce scénario met de plus en lumière le fléau de la corruption, qui s´il prévaut, nous empêchera d´atteindre la stabilité économique et politique dont le pays a besoin », a-t-il été averti par Adan Chavez. Ce dernier vient d´être récemment nommé en charge de Citgo, la filiale de l´entreprise étatique du pétrole du Venezuela Pdvsa, aux États-Unis.

Le fonctionnaire a également exprimé que « la corruption est en ce moment la plus importante menace pour la Révolution Bolivarienne, et c´est pour cela que ceux qui la pratiquent, où qu´ils soient, d´où qu´ils viennent, et qui soient-ils, doivent être livrés à la justice et répondre de leurs actes ».

Dans les grandes lignes, voilà les vents qui forment le tourbillon qui enveloppe cette nation ces derniers temps, et face auxquels la population, qui en est la première victime, demande des actions pratiques et efficaces au gouvernement.

peo/tgj/lb