Agence de Presse de l'Amérique Latine

L´Assemblée Générale de l´ONU vote contre la décision de Trump au sujet de Jérusalem

Nations Unies, 21 décembre (Prensa Latina) L´Assemblée Générale de l´ONU a aujourd´hui voté un projet de résolution contre la mesure des États-Unis qui reconnait Jérusalem comme la capitale d´Israël. Ce projet de résolution a reçu le soutien de 128 pays, 9 s´y sont opposés et 35 se sont abstenus.


Lors de la session extraordinaire du plus important organe des Nations Unies, de nombreux États membres ont exprimé rejeter la décision unilatérale des États-Unis, puis ont plaidé pour une solution bi-étatique au conflit israélo-palestinien.

Avant que ne se termine le processus de votation, l´ambassadrice étasunienne devant l´ONU, Nikki Haley, a menacé de mettre fin au financement de l´ONU, de ses agences et des pays qui ont condamné la décision de Trump au sujet de Jérusalem.

« Les États-Unis se souviendront du jour où ils ont été agressés à l´Assemblée Générale ; nous le ferons lorsque certains viendront frapper à notre porte dans le but de profiter de l´influence de Washington à leur bénéfice, ou pour demander une aide monétaire », a-t-elle assurée.

La diplomate a également assuré qu´ils maintiendront la décision de déplacer l´ambassade nord-américaine à Jérusalem, la reconnaissant comme la capitale d´Israël, et qu´ « aucun vote ne pourra changer cela ».

L´ambassadeur vénézuélien devant cette instance internationale, Samuel Moncada, a rejeté, en tant que président par intérim du Mouvement des Pays Non-alignés, la décision unilatérale du président Donald Trump.

« Suite au véto des États-Unis, le Conseil de Sécurité est paralysé en ce qui concerne ce sujet », a-t-il dénoncé avant de condamner les actions d´Israël, laquelle « s´étend de plus en plus sur les territoires palestiniens occupés par la force ».

« Jérusalem fait partie du territoire palestinien, et tout mesure qui tente de changer ce statut manque de fondement légal et constitue une violation du droit international », a-t-il conclut.

Le représentant permanent d´Israël devant l´ONU, Danny Danon, a pour sa part considéré qu´il était « honteux » qu´une séance de l´Assemblée Générale soit convoquée pour analyser cette question.

« Jérusalem est le lieu le plus sacré pour le peuple juif, elle est la capitale d´Israël et point final », a-t-il conclu.

La plus grande partie des membres de l´ONU ont en revanche plaidé pour une solution durable au conflit israélo-palestinien sur la base de l´établissement de deux États, avec Jérusalem comme capitale partagée et selon les frontières prévues en 1967.

peo/pgh/ifb