Agence de Presse de l'Amérique Latine

Russia Today rejette les accusations d´ingérence aux États-Unis

Moscou, 8 janvier (Prensa Latina) La rédactrice en chef de la chaîne Russia Today (RT), Margarita Simonian, a aujourd´hui rejeté les accusations de prétendue ingérence de la Russie, et encore moins de ce média de presse, dans les affaires internes étasuniennes.


Commentant des versions selon lesquelles le Bureau Fédéral de Renseignement (FBI) recherche des données au sujet d´une prétendue intromission russe dans les élections présidentielles nord-américaines de 2016, Simonian a demandé à la chaîne CBS si eux-mêmes y croyaient.

« Oui car vous vous avez cru et vous avez diffusé le fait que l´Irak possédait des armes de destruction massive, la principale justification pour agresser ce pays en mars 2003 sans l´accord du Conseil de Sécurité de l´ONU », a-t-elle souligné.

La dirigeante de RT, citée par la télévision de la capitale russe, a exprimé que « vous pouvez continuer de croire que la Russie a interféré dans les élections présidentielles de 2016, mais d´ici cinq ans il sera reconnu que cela n´a jamais eu lieu ».

Simonian a catégoriquement nié l´influence supposée de RT dans la victoire du républicain Donald Trump. « Nous aurions dû parier et soutenir Hillary Clinton », a-t-elle commenté sur un ton ironique.

Elle a dans le même temps dénoncé le fait que « de nombreux médias français et britanniques se sont unis à une grande partie de la presse nord-américaine dans son soutien ouvert à Clinton, et ce sans qu´ils ne soient pour cela accusés d´ingérence dans les affaires internes étasuniennes ».

Malgré le fait que la Russie nie l´existence de tout type d´interférence dans les élections de ce pays, le Congrès nord-américain a ouvert une enquête indépendante à ce sujet puis a, sous ce prétexte, adopté des sanctions contre Moscou.

Le Kremlin appelle continuellement la Maison Blanche à apporter des preuves concrètes d´interférence dans la politique interne des États-Unis ou dans ses élections, lors desquelles les candidats dépensent des millions de dollars.

peo/tgj/to