Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le Nigéria nie avoir arrêté des séparatistes camerounais

Abuja, 8 janvier (Prensa Latina) Les autorités du Nigéria ont aujourd´hui nié les allégations de séparatistes anglophones camerounais selon lesquelles leurs leaders ont été enlevés par des membres de l´agence nigériane de renseignement.


« Il n´y a pas d´arrestation de ces personnes ici à Abuja », a exprimé à la presse un fonctionnaire du renseignement nigérian sous couvert d´anonymat, et ce après avoir admis que son pays a arrêté fin décembre des camerounais dans la région de Taraba, à la frontière entre les deux nations.

Le fonctionnaire a expliqué qu´ils ont « d´abord été considéré comme des réfugiés », mais que les autorités ont ensuite affirmé que les « personnes arrêtées faisaient partie des individus qui posaient des problèmes en tant que sécessionnistes ».

Cependant, le secrétaire des communications de l´autoproclamé « État d´Ambazonia », Chris Anu, a informé que la nuit du vendredi 5 janvier dernier des hommes armés sont entrés dans l´hôtel Neras d´Abuja, et ont enlevé les sept personnes présentes, dont le leader du groupe séparatiste.

Selon l´office du Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (Acnur), plus de sept mille camerounais des régions anglophones ont fui vers le Nigéria.

Cette situation a tendu les relations diplomatiques entre les deux pays, et le mois dernier des troupes camerounaises ont traversé la frontière à la poursuite de séparatistes sans avoir demandé l´autorisation des autorités nigérianes.

peo/lma/lp