Articles

Evo Morales accuse le Groupe de Lima de porter atteinte au Venezuela

La Paz, 14 février (Prensa Latina) Le président de la Bolivie, Evo Morales, a aujourd´hui accusé le Groupe de Lima de porter atteinte au Venezuela en annulant la visite du président de ce pays, Nicolas Maduro, qui devait participer au VIIème Sommet des Amériques.


Le mandataire bolivien a commenté sur le réseau social Twitter que « sur ordre de Trump, le Groupe de Lima, avec 12 des 35 pays qui forment le Sommet des Amériques, viole le principe de non intervention et porte atteinte au Venezuela en annulant l´invitation du Président frère Maduro ».

« Nous rejetons le fait que des pays de la région se prêtent à des plans de coup d´État venant des États-Unis », a-t-il affirmé.

Ce mardi, le Groupe de Lima a décidé d´exclure le président Nicolas Maduro du Sommet des Amériques qui se tiendra les 13 et 14 avril prochain, puis est resté silencieux au sujet des menaces d´intervention des États-Unis au Venezuela.

Suite à une réunion à laquelle le président du Pérou, Pedro Kuzczynski, a participé, le conclave de gouvernements hostiles à l´administration de Caracas a avalisé la décision de Lima de renoncer à la présence de Maduro lors de cette future rencontre.

Les représentants de l´Argentine, du Brésil, du Canada, du Chili, de la Colombie, du Costa Rica, du Guatemala, de la Guyane, du Honduras, du Mexique, du Panama, du Paraguay et de Sainte Lucie ont également insisté à ne pas reconnaitre, « à priori », les élections générales convoquées par le gouvernement vénézuélien car ils estiment « qu´elles ne sont pas conforment aux standards internationaux ».

peo/oda/lpn