Agence de Presse de l'Amérique Latine

Des Experts de l´ONU critiquent la manière dont la France traite les réfugiés sur son territoire

Nations Unies, 4 avril (Prensa Latina) « Le Gouvernement de la France doit fournir un accès aux services essentiels aux réfugiés sur son territoire et améliorer le traitement qu´elle offre à ces personnes », signale aujourd´hui un rapport d´experts indépendants des Nations Unies.


Selon les estimations du rapport,  « près de 900 migrants et demandeurs d´asile se réfugient dans la zone de Calais, mais beaucoup de ces campements le long de la côte nord du pays manquent de services sanitaires et sont dans des états de conditions inhumaines ».

Le groupe d´experts de l´ONU demande aux autorités françaises « de fournir urgemment des services d´eau et sanitaires, ainsi que des refuges d´urgence avec les conditions minimales requises pour vivre ».

« Plus de 1 250 migrants et demandeurs d´asile vivent actuellement à Calais, Grande-Synthe, Tatinghem, Dieppe et sur d´autres lieux de la zone sans avoir accès à un abri adéquat, à l´eau potable et des toilettes ou des installations sanitaires », dénoncent les rapporteurs indépendants de l´organisme multilatéral.

« Si des mesures temporaires destinées à pallier au problème ont été adoptées, il est préoccupant de constater que pour chaque pas fait en avant, se sont deux en arrière qui suivent », a exprimé le rapporteur spécial de l´ONU pour les droits de l´homme, Léo Heller.

« Il faut que beaucoup plus d´attention soit portée à ce sujet de la part des autorités nationales, et internationales », a-t-il ajouté.

Pour sa part, le rapporteur spécial sur les droits des migrants, Felipe Gonzalez, a attiré l´attention sur « l´établissement de politiques migratoires toujours plus régressives ».

« Pendant ce temps, beaucoup de migrants, déplacés et réfugiés vivent dans des conditions inhumaines », a-t-il souligné.

« Les droits des migrants, indépendamment de leur condition, doivent être respectés, y compris l´accès à un logement adéquat, l´éducation, les soins médicaux, l´eau et des sanitaires », a-t-il ajouté.

« En les privant de leurs droits, ou en faisant qu´y accéder soit de plus en plus difficile, la France viole ses obligations internationales en matière des droits de l´homme », a précisé Gonzalez.

Les experts indépendants de l´ONU ont également fait part de leur « préoccupation quant aux harcèlements et intimidations dont sont victimes les volontaires et membres d´organisations non gouvernementales qui fournissent de l´aide humanitaire aux migrants ».

C´est dans ce sens qu´ils ont exprimé que « la France doit également respecter ses obligations en vertu du droit international et protéger le travail des défenseurs et activistes des droits de l´homme ».

Les rapporteurs spéciaux de l´ONU sont nommés par le Conseil des Droits de l´Homme, dont le siège est à Genève, pour examiner et informer d´un sujet ou d´une situation spécifique. Ces postes sont honoraires, les experts ne font pas partie du personnel des Nations Unies et ils ne sont pas rémunérés pour ce travail.

peo/ocs/ifb