Agence de Presse de l'Amérique Latine

« Le Nobel pour Lula », demande Adolfo Pérez Esquivel depuis l’Argentine

Buenos Aires, 9 avril (PrensaLatina)  Le Prix Nobel de la Paix argentin, Adolfo Pérez Esquivel, s’est joint à une campagne de signatures dont le but est d’octroyer cette prestigieuse récompense à l’ex-président brésilien, victime d’une féroce offensive judiciaire.


Ce défenseur des droits de l’homme a pris l’initiative de mener une proposition d’adhésions sur le site change.org afin que le Prix Nobel soit accordé à l’ancien président de la République en reconnaissance de son combat contre la pauvreté et la faim dans son pays.

« J’ai pris la décision de publier la lettre que je présenterai au Comité Nobel de Norvège en septembre de cette année, au moment où s’ouvrira l’appel à candidatures. Je vous invite, Mesdames et Messieurs, à en lire les points fondamentaux pour que nous soyons des milliers à appuyer cette proposition », a dit Pérez Esquivel en lançant cette campagne qui, en si peu de temps, a déjà recueilli presque 23 mille signatures.

Sur le site de change.org, on peut prendre connaissance de la lettre que Pérez Esquivel a adressée au Comité Nobel de Norvège. Il y expose, entre autres, les raisons principales qui amenèrent Lula au pouvoir grâce à un plan politique conçu pour éradiquer la faim et la pauvreté.

« Comme vous le savez bien, la Paix n’est pas seulement l’absence de guerre; elle ne consiste pas uniquement à trouver des moyens pour éviter la mort d’une ou de beaucoup de personnes. La Paix, c’est aussi de donner aux peuples une espérance en l’avenir, spécialement dans les domaines les plus vulnérables, victimes, comme nous le dit le Pape François, de la « culture du rejet d’autrui ».

La veille, après qu’il ait appris la décision d’un juge d’envoyer Lula en prison alors que la charge judiciaire contre lui battait son plein, le lauréat argentin du Nobel de la Paix a fait paraitre un message sur son compte twitter affirmant que « le PT (Pari des Travailleurs) était en train d’être poursuivi pour tout ce qu’il avait fait de bien pour le Brésil lorsqu’il était au pouvoir.

"Les peuples latino-américains t’accompagneront, mon frère », a écrit le célèbre défenseur des droits de l’homme.

peo/agi/may