Agence de Presse de l'Amérique Latine

La société civile et les indigènes américains exposent leurs revendications

ParUlises Canales, Envoyé spécial

Lima, 10 Avril (PrensaLatina) Des représentants de la société civile et des peuples indigènes revendiquent ici, aujourd’hui, le besoin de construire une Amérique plus indépendante, solidaire, unie et capable de promouvoir le développement et le bien-être de ses habitants.


Faisant partie des forums associés à la VIIIème réunion du sommet des chefs d’État et de Gouvernement des Amériques, qui se tiendra à Lima les 13 et 14 de ce mois, des délégations d’une trentaine de pays du continent ont engagé de profondes discussions sur l’état du monde en général et sur les régions, en particulier.

La revendication principale parmi toutes les propositions faites pendant ces discussions est que l’immense majorité des gouvernements américains aspirent à des politiques sociales plus intégrantes, respectant la vision du monde propre aux peuples originaires du pays ainsi qu'à une indépendance et à une souveraineté nationales accrues.

De même, les participants à ces deux forums et au Sommet des Peuples d’Amérique qui s’ouvrira un peu plus tard ce même 10 avril, ont lancé des messages sans équivoque dénonçant les visées hégémoniques des États-Unis, et, en particulier, leurs tentatives pour revitaliser la funeste Doctrine de Monroe.

Comme l’a expliqué à Prensa Latina Bernardo Dolmos, membre de la Jeunesse du Parti Communiste Patrie Rouge, du Pérou, les événements s’étant produits dans le monde avant cette réunion de Lima fourniront une excellente opportunité pour faire entendre, et même résonner,  la voix des millions d’Américains réduits au silence par les cercles du pouvoir.

Pour David Hernández, étudiant péruvien en droit, des tribunes de la Société Civile doit sortir un message clair de solidarité envers la Révolution Bolivarienne du Vénézuela et de condamnation de l’exclusion de Maduro à toutes les activités de ce sommet tout en exigeant la fin de l’ingérence des États-Unis dans les affaires de certains États de la région. Et tout ceci doit aboutir à des stratégies réfléchies.

Pendant le premier de ces cinq jours d’activités marathoniennes consacrées à ce VIIIème sommet, les représentants des gouvernements se concentreront sur l’agenda des réunions de coordinateurs nationaux du groupe dénommé Groupe de Révision et de Mise en Œuvre des Sommets, un mécanisme rattaché à l’OEA.

En accord avec le programme officiel, mercredi, commenceront les discussions de la Société Civile et le Vème Forum des Jeunes des Amériques, conjointement aux troisièmes rencontres du Réseau du Parlement Ouvert  des ParlAmériques.

Des informations provenant du comité organisateur du sommet officiel indiquent que, ce lundi, au moins 30 états avaient confirmé leur participation à cette encontre de l’hémisphère sud, bien qu’il reste un certain doute sur le nombre de pays qui y enverront leur chef d’État.

peo/tgj/Ucl/cvl