Articles

Atilio Boròn pense que le Sommet des Amériques a perdu sa légitimité

Lima,  14 avril (Prensa Latina)  Le Sommet des Amériques a perdu sa légitimité aux yeux des peuples de la région, a aujourd’hui déclaré  Atilio Boròn dans un entretien accordé à Telesur depuis Lima.


Ce politologue argentin réputé se montre perplexe devant la présence au Sommet des Amériques du président Mauricio Macri, un homme qui, d’après Boròn est à la tête d’un gouvernement caractérisé par une incompatibilité radicale d’intérêts, car comment peut-on être fonctionnaire et, à la fois, gérant d'une grande multinationale, comme le sont nombreux de ses ministres.

Le nom de Macri, rappelle le politologue, apparait dans les listes des spéculateurs ayant illégalement investi dans les iles Bahamas et au Panama. Et le voilà maintenant qui donne des leçons de lutte contre la corruption au Vénézuela. Comment ne pas croire, devant un tel scandale, que le Sommet des Amériques ne se soit complètement dégonflé, comme une baudruche?

Ce qui compte, affirme Boròn, c'est le Sommet des Peuples qui s’est tenu en marge du Sommet des Chefs d’État. C’est ce Sommet-là qui a attiré la plus grande attention de l’opinion publique et des mouvements sociaux du Pérou. C’est sa grande marche à travers les rues de la capitale qui a été couverte par une grande partie des médias accrédités.

Et c’est dans ce grand Sommet des peuples qu’ont été abordés les problèmes décisifs pour l’Amérique Latine. Ce sont-là des thèmes dont l’autre Sommet ne veut pas entendre parler.

peo/agp/cw