Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Russie dénonce la tentative de mainmise des États-Unis sur le travail de l'OIAC

Moscou, 18 mai (Prensa Latina) Le Ministère de la Défense (Mindef) a aujourd'hui dénoncé les intentions des Etats-Unis de contrôler le travail de l'Organisation pour l'Interdiction des Armes Chimiques (OIAC) et a montré son étonnement devant un verdict que cette organisation a porté sur la situation en Syrie.


Washington souhaite placer l'OIAC  sous sa coupe  et transformer cette organisation en en un instrument de pression politique contre la Syrie, a indiqué le Mindef qui considère qu'il s'agit là de l'objectif final de ces pressions américaines.

Les responsables des derniers bombardements contre la Syrie essaient maintenant d'obliger l'OIAC à colporter toutes sortes d'accusations contre Damas, souligne le ministère russe.

Selon ce même ministère, dans un proche avenir, la tâche de ces puissances occidentales consistera à employer une supposée responsabilité de Damas pour transformer une organisation purement technique en une entité capable, entre autres, de porter des accusations contre la Syrie.

Le Mindef estime, qu'ainsi, on finira par créer une organisation semblable au Mécanisme Commun d'Enquête sur les Attaques en Syrie, organisme qui a été totalement discrédité l'année dernière  à la suite des révélations concernant le montage sur de supposées attaques chimiques que cette organisation a présentées comme étant réelles.

L'étonnement du ministère russe concerne un verdict émis par l'OIAC la semaine dernière sur une autre attaque chimique qui aurait eu lieu dans la localité de Saraquib, dans la province syrienne d’Idlib.

La Russie et la Syrie ont exigé d'un commun accord que l'OIAC fasse une enquête sur les événements survenus à Douma, où, le 8 avril dernier, une attaque chimique était censée avoir eu lieu, bien que les experts n´aient pu commencer leur travail qu'après l'agression des missiles occidentaux le 14 du même mois.

Cependant, Moscou, qui a fait venir au siège de l'OIAC une dizaine de témoins capables de prouver que cette supposée attaque chimique avait été montée de toutes pièces, attend toujours qu'un compte rendu transparent et indépendant soit publié sur l'affaire de Douma, dans la région de la Ghouta Orientale.

peo/lma/To