Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le ballotage et le futur de la paix en Colombie

Par Tania Peña

Bogotá, 28 mai (Prensa Latina) Le réalignement des alliances électorales en vue du second tour présidentiel en Colombie, qui commence à partir d´aujourd´hui, sera décisif pour le futur de la paix dans le pays.


Ce sujet de la paix et de la réconciliation, jusqu´ici mêlé à d´autres thèmes lors de la campagne électorale, sera justement bien plus important lors des trois prochaines semaines.

Les deux candidats qualifiés pour le second tour, l´uribiste (du nom de l´ancien président de droite Alvaro Uribe 2002-2010)  du Centro Démocratico (Centre Démocratique), Ivan Duque, et le représentant du mouvement ColombiaHumana (Colombie Humaine), Gustavo Petro, pensent de manière bien différente en ce qui concerne la construction de la paix.

Le scrutin du premier tour des élections présidentielles a hier donné l´avantage à Ivan Duque qui a obtenu 39,14 pour cent des suffrages, suivi par Gustavo Petro avec 25,09 pour cent. Puis le candidat de la CoalicionColombiana (Coalition Colombienne), Sergio Fajardo, est arrivé en troisième position avec 23,73 pour cent.

Même si Duque a déclaré qu´il ne réduirait pas en miettes les Accords de Paix négociés à La Havane, il a annoncé qu´il ferait des « réformes structurelles » argumentant combattre ce qu´il appelle l´impunité, puis mettrait en prison les anciens commandants guérilléros.

Comme l´a questionné un analyste local : « Qui dans l´histoire du monde cesse d´être un guérilléro et signe un accord de paix pour aller en prison ? Quel message envoie cette conception à la guérilla de l´Ejercito de LiberacionNacional, (ELN, Armée de Libération Nationale), au milieu d´un processus de négociations d´accords de paix ?

Pour sa part, Petro soutient non seulement la paix signée, mais dit qu´il va plus loin que l´accord pacté avec l´ex-guérilla des FARC-EP, transformée depuis en parti politique Force Alternative Révolutionnaire du Commun (FARC). Il estime que pour construire la paix, il faut surmonter les obstacles de la pauvreté et des inégalités.

Celui qui est également l´ancien maire de Bogotá compte sur le soutien qu´il peut obtenir de l´électorat d´autres candidats éliminés pour vaincre Duque lors du ballotage prévu pour le 17 juin prochain.

« Il semble que Duque est déjà sur un toit, mais se sont nous, les forces libres de la citoyenneté, qui allons fermement aller de l´avant, toujours de l´avant. Vous pouvez être convaincus que nous allons gagner, que l´histoire de la Colombie peut être changée », a-t-il affirmé à ses militants après avoir pris connaissance de sa place au second tour.

« Ou la Colombie retombe dans la violence, ou la Colombie continue son chemin vers une époque de paix », a fait remarquer le candidat qui représente les forces progressistes.

Les analystes coïncident sur le fait que Petro a effectivement la possibilité de remonter dans les intentions de vote avec le soutien que peuvent lui apporter les électeurs de Fajardo et du candidat du Parti Libéral, Humberto de la Calle, tous deux défenseurs des Accords de Paix.

Selon le politologue colombien Alejo Vargas, pour le second tour le scénario sera beaucoup plus polarisé que jusqu´à maintenant et tout dépendra des alliances construites avant d´arriver aux urnes.

peo/mv/tpa