Agence de Presse de l'Amérique Latine

Mise en accusation d'un leader de la mafia par le Ministère Public du Nicaragua

Managua, 8 juin (Prensa Latina) En relation avec la vague de violence au Nicaragua, le Ministère Public a accusé d'assassinat aggravé Josué Mendoza, dit «Viper», chef d'une bande liée au crime organisé, au trafic de drogue, au terrorisme et autres délits afférents.


Le 26 mai dernier, Mendoza, aidé de ses complices, Alejandro Arauz, Manuel Largaespada, Humberto Aias et Keneth Romero ont asphyxié à mort Keller Perez à l'aide d'un câble électrique, a fait savoir la procureur Valeska Lopez.

Les responsables de ce crime ont ensuite tenté de faire disparaître le cadavre pour éviter son identification en l'aspergeant d'essence pour le brûler et effacer ainsi toute évidence pouvant les impliquer.

Le cadavre du jeune homme a été découvert dans un lieu connu comme la côte de Plomb, près de d'une route, au sud-ouest de Managua. Il portait des traces de torture.

Le Ministère Public a lancé des ordres d'arrêt contre les accusés Aria,, Romero et Largaespada.

Il a indiqué que des enquêtes sont également en cours sur d'autres personnes soupçonnées de participation dans des assassinats, des incendies, des vols, du pillage, des actes de crime organisé et de terrorisme.

Selon la Police Nationale, Viper opérait à Managua dans le secteur de l'Université Polytechnique duNicaragua, sous les ordres de Felix Madariaga, le caïd présumé de cette bande criminelle.

D'après les informations communiquées par le gouvernement, la situation de violence sévissant dans le pays est entretenue par des groupes politiques de l'opposition qui possèdent des agendas spécifiques, ce qui constitue un acte conspiration en violation avec la Constitution.

L'escalade des agressions a éclaté le 18 avril dernier pour protester contre des réformes de la sécurité sociale. Celles-ci ont été, par la suite retirées, mais les manifestations ont continué et d'autres demandes politiques ont alors fait leur apparition.

peo/agp/lla