Agence de Presse de l'Amérique Latine

L’unité régionale: une priorité pour les dirigeants de la Caricom

Par Roberto Garcia Hernandez, Envoyé spécial

Montego Bay, Jamaïque, 5 juillet (Prensa Latina) L’unité des pays de la Communauté des Caraïbes (Caricom), est aujourd’hui l’un des principaux objectifs des participants à la 39 ème Réunion Régulière de de la Conférence des chefs de Gouvernement de cette organisation.


À l’occasion de cette rencontre qui a débuté officiellement hier soir au Centre de Conventions mais dont les principaux travaux commenceront demain, les leaders des 15 nations membres à part entière et les cinq associations qui la composent  ont réitéré  cette priorité.

Le premier ministre d’Antigua et des Barbades, Gaston Browne, a insisté dans son discours d’ouverture sur le fait que le pari de l’unité sera la planche de salut pour tous et assurera l’avenir des pays de la Caricom.

“Seul, aucun pays des Caraïbes ne pour affronter les défis qui nous attendent, surtout en ce moment où certaines puissances négligent leurs obligations envers le droit international”,

a-t-il expliqué.

De son côté, Mia Mottley, la première ministre récemment élue des Barbades, a demandé que soient revues les propositions et les objectifs qui unissent "nos peuples" afin de changer leur manière  de faire face aux problème communs et d’atteindre les buts qu’ils se sont fixés car, selon elle, “il vaut mieux que nous fassions ce chemin ensemble plutôt qu’isolés”.

Jovenel Moïse, le président d’Haïti, s’est lui aussi exprimé sur la nécessité d’une action commune pour affronter les défis du changement climatique et les catastrophes naturelles; raison pour laquelle il a demandé que soient renforcés les capacités et les moyens de l’Agence Caribéenne pour faire face aux Catastrophes Naturelles et aux Urgences.

Moïse a insisté sur l’importance de cette unité car tous les pays de la régions sont victimes chaque année de ce fléau qui cause de graves pertes humaines et matérielles.

L’intervention d'Andrew Holness, le ministre de la Jamaïque (qui assurait hier soir et jusqu’au 31 décembre la présidence de la Caricom) a porté sur un autre aspect tout aussi important de l’unité: l’urgence de mettre sur pied une économie et un marché communs.

Le thème a ensuite été repris par tous les orateurs. Il a fait le sujet des conversations durant  les contacts bilatéraux qui se déroulent ici, tant entre spécialistes qu’entre envoyés de presse accrédités auprès de cette réunion.

Sur ce même thème, l’un des points importants à l’ordre du jour de cette 39 ème Conférence de la Caricom porte sur l’étude du rapport de la Commission demandant de revoir les liens unissant la Jamaïque aux autres membres de cette organisation. Ce rapport, établi sous la direction de l’ancien chef du gouvernement jamaïcain, Bruce Golding, recommande plus de 30 mesures à adopter dans des domaines aussi vitaux que le commerce, les investissements, la compétitivité internationale et la création d’emplois.

Le ministère des Affaires Étrangères jamaïcain a mis l’emphase, cette semaine, sur la priorité à donner au développement de la coopération économique avec les États voisins, y compris Cuba. On attend donc beaucoup de la présence du président cubain, Miguel Diaz-Canel, qui arrive ce jeudi. D’après l’ordre du jour communiqué à la presse, Diaz-Canel prendra part cet après-midi à un déjeuner de travail avec les autres chefs de gouvernement qui assistent à cette réunion.

La présence du président cubain sera une opportunité pour renforcer les liens d’amitié, de solidarité et de coopération qui caractérisent les relations entre La Havane et les autres pays caribéens, déclarait récemment le Ministère des Affaires Étrangères de Cuba.

Ce mécanisme de dialogue et de concertation au plus haut niveau a vu le jour en 2002 et, depuis lors, sept sommets  se sont tenus dans divers  pays membres, le dernier en date en 2017 à Antigua et aux Barbades, auquel assista le président cubain de l’époque, Raul Castro Ruiz.

peo/cos/rgh