Articles

La Papouasie Nouvelle-Guinée ne reconnaît plus l'État du Kosovo

Belgrade, 7 juillet (Prensa Latina) La Papouasie Nouvelle-Guinée est le sixième État à revenir sur sa reconnaissance de l'indépendance proclamée unilatéralement par la province serbe du Kosovo en février 2008.


Le premier vice-président et ministre des Affaires Étrangères de Serbie, Ivica Dacic, a aujourd'hui montré aux journalistes le communiqué par lequel les autorités de Papouasie officialisaient cette décision.

Le chef de la diplomatie serbe a indiqué que ce document annule la reconnaissance de 2012 du Kosovo par la Papouasie Nouvelle-Guinée. Cette reconnaissance devait durer jusqu'à la conclusion des conversations entre Belgrade et Pristina sous médiation de l'Union Européenne (UE).

Ivica Dacic a qualifié cette décision de "grands succès" pour la Serbie et il a ajouté que, malgré les fortes pressions exercées sur son pays, la Serbie poursuivrait ses efforts pour que d'autres gouvernements ne reconnaissent plus le Kosovo comme État indépendant.

Les cinq autres États ayant retiré leur reconnaissance au Kosovo sont: le Libéria, le Surinam, Sao Tomé et Principe, la Guinée Bissau et le Burundi.

Selon la Constitution, le Kosovo-Metohija est une province de la Serbie.

Dans les années 90, cette province a été le théâtre d'un conflit armé sanglant qui a servi de prétexte à l'Organisation du Traité Atlantique Nord (OTAN) pour bombarder ce qui était, en 1992, la Yougoslavie.

En accord avec la résolution 1244 du Conseil de Sécurité de l'ONU du mois de juin 1992,  le Kosovo reçut une administration provisoire alors que les États-Unis et leurs alliés y déployaient leurs troupes. Ce n'est qu'en 2008 que les autorités albano-kosovares proclamèrent unilatéralement l'indépendance, mais ce geste fut fermement rejeté par la Serbie.

Par contre, le Kosovo fut rapidement reconnu par Washington et par tous ses alliés ainsi que par la majorité des pays membres de l'UE, et d'autres pays du monde; 115 en tout.

Comme le droit international les y autorise, la Russie et la Chine,  deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l´ONU, ne reconnaissent pas le Kosovo, ce qui l'empêche d'être accepté au sein des Nations Unies.

peo/oda/rmh