Agence de Presse de l'Amérique Latine

La Russie explique que la Syrie considère les Casques Blancs comme des criminels

Moscou, 25 juillet (Prensa Latina) La Syrie considère les Casques Blancs - organisation dont la nature est très controversée - comme des criminels car elle les associe aux activités des groupes terroristes, a déclaré la porte-parole du ministère des Affaires Étrangères russe, Maria Zajarova.


Pour les syriens qui, depuis des années, souffrent des actions des terroristes, les personnes impliquées dans la création d’une énorme et terrible machine de propagande et de mensonges sont aussi des criminels, a déclaré la porte-parole dans ses déclarations à la chaîne Rusia-24.

Elle constate que les activités de ces Casques Blancs vont de pair avec celles des soi-disant  "groupes d’opposition modérés” et des formations terroristes qui agissent souvent de concert.

En outre, l’existence même de ces Casques Blancs est un coup porté au mouvement mondial des volontaires, au travail des organisations humanitaires et à celui des organisations non-gouvernementales qui agissent dans le monde entier, considère la diplomate.

Bien que l’organisation des Casques Blancs se soit présentée comme une organisation humanitaire pour sauver des civils, elle a été en fait impliquée dans plusieurs incidents de simulation d’attaques chimiques que l’on a fait passer pour des actions du gouvernement syrien.

Les falsifications préparées par ce groupe controversé ont servi de prétexte pour justifier des attaques contre la Syrie par les États-Unis, qui ont déboursé au moins 33 millions de dollars pour financer le travail de ces Casques Blancs en Syrie.

Mais les évacuations, annoncées hier, de quelque 800 Casques Blancs et de leurs familles vers Israël et la Jordanie semblent démontrer la grande peur qu'a l’Occident de voir ces “secouristes” capturés par des troupes syriennes auxquelles  ils pourraient offrir des informations sur la manière dont toutes ces falsifications ont été élaborées.

La veille, la Chancellerie russe a indiqué que les gouvernements des États-Unis, du Canada et de plusieurs nations européennes ont collaboré à cette évacuation, en se gardant, bien sûr, d’accueillir ces “secouristes”sur leur territoire.

Les scénaristes, producteurs et cameramen des vidéos montées par les Casques Blancs sont apparus à plusieurs reprises en compagnie de membres de formations terroristes sévissant en Syrie.

peo/tgj/to