Articles

Un journal Serbe dénonce l'entraînement de forces albano-kosovares par les États-Unis

Belgrade, 7 août (Prensa Latina) On apprend aujourd'hui que des effectifs des États-Unis faisant partie de la Force pour le Kosovo (KFOR) de l'OTAN entraînent des troupes de sécurité de cette province de la Serbie qui a déclaré son indépendance de manière unilatérale en 2008.

C'est le quotidien VercernjeNovosti qui a publié ici un reportage à ce sujet avec des photos que les spécialistes jugent digne de foi.


D'après ce reportage, l'entraînement s'effectue dans les montagnes près de la localité de Bajgora, un village de la municipalité de KosovskaMitroviça, habité majoritairement par des nationalistes serbes et point névralgique du litige  entre Belgrade et Pristina qui se disputent cette région depuis la guerre de 1990, le thème de l'indépendance ayant exacerbé le conflit entre la Serbie et le Kosovo.

D'après le quotidien, cet entraînement est donné par des instructeurs du Pentagone formant parti du contingent international de l'Organisation du Traité Atlantique Nord (OTAN) déployé dans cette région depuis 1999 à la suite de la Résolution 1244 du Conseil de Sécurité de l'ONU.

L'entraînement se fait par groupes de 100 policiers des Forces de Sécurité du Kosovo (KBS), qui se suivent à intervalles réguliers, l'objectif étant que ces forces -après entrainement - intègrent une éventuelle Armée du Kosovo, dont la création est jugée imminente par les leaders albano-kosovars du pays.

Novosti souligne que, bien que Washington déclare publiquement que cette transformation de l'actuelle force de police en une Armée nécessité des changements constitutionnels et l'assentiment de toutes les communautés de ce territoire, l'entraînement a commencé il y a plusieurs semaines. Cette opération, ajoute le journal, aurait même un nom de code : "Sable d'or".

Le reportage cite des noms de spécialistes du renseignement entraînant les policiers à des figurations de guerre qui pourraient être une sorte de phase finale pour l'occupation du nord Kosovo et de Metohija et, ainsi, "compléter la souveraineté" de cette province qui deviendrait alors autonome.

Le journal rappelle que c'est dans ces montagnes, situées à  proximité de KosovskaMitroviça, que s'étaient établis les points de résistance de l' "Armée de Libération du Kosovo", comme s'étaient autoproclamés certains groupes armés albano-kosovars qui combattirent contre les forces de l'ancienne Yougoslavie et commirent plusieurs meurtres dans cette région.

On ne peut que constater que ces informations, qualifiées d'inquiétantes, surgissent à un moment où les tensions entre Belgrade et Pristina augmentent et ne font qu'alimenter les fréquentes rumeurs de ces derniers jours selon lesquelles les forces de sécurité du Kosovo s'apprêteraient à prendre possession de cette portion nord de la province habitée principalement par des serbes.

"Selon des sources non-officielles, auxquelles notre quotidien a eu accès, les instructeurs des États-Unis ne forment  pas seulement les effectifs des KBS; ils leur remettent aussi des armes qu'ils pourront utiliser lorsque l'Armée du Kosovo sera créée", indique Novosti.

Le journal complète cette information en disant que  le commandement de la police  a acheté 27 chars de combat Hummer aux États-Unis qui leur en a offert 24 supplémentaires.

Quant au reste de l'armement, le journal parle de fusils automatiques, de lance-grenades et de chars blindés, en attendant l'acquisition prochaine d'hélicoptères, puis il rappelle qu'en  2017 Pristina a reçu 12 mille lance-roquettes légers allemands de type Armbrust.

Le journal conclut en soulignant qu'avant l'apparition de ces nouveaux événements et les mouvements de troupes de l'OTAN (KFOR) vers le nord du Kosovo, l'Armée de Serbie s'était placée en état d'alerte, puis rappelle que le ministre de la Défense a annoncé que des exercices aériens auront lieu dans le territoire de la localité de Nis et dans toute la région sud.

peo/tjg/Rmh