Agence de Presse de l'Amérique Latine

Un expert de l´ONU critique les nouvelles sanctions étasuniennes contre l´Iran

Nations Unies, 27 août (Prensa Latina) La nouvelle imposition de sanctions contre l´Iran à la suite du retrait unilatéral des États-Unis de l´accord nucléaire signé avec ce pays est une injustice et une mesure préjudiciable, a-t-il été indiqué à l´ONU.


Selon le rapporteur spécial des Nations Unies, Idriss Jazairy, l´opposition des autres pays signataires de l´accord, de la communauté internationale et du propre Conseil de Sécurité - à l´exception des États-Unis - quant à reprendre ces restrictions démontre l´illégitimité de cette mesure.

"La Charte de l´ONU exige que les sanctions soient uniquement appliquées par le Conseil de Sécurité, précisément pour éviter ces attaques et qu´il se produise une guerre économique généralisée", a-t-il rappelé.

L´expert a souligné que "de plus, les sanctions internationales doivent avoir un objectif légal, doivent être proportionnelles et ne doivent pas nuire aux droits de l´homme des citoyens communs. Et dans ce cas précis, aucun de ces critères n´est respecté".

"Ces injustes et nuisibles sanctions sont en train de détruire l´économie et la monnaie de l´Iran, ce qui pourrait mener des millions de personnes vers la pauvreté et rendre les biens importés inaccessibles", a indiqué Jazairy.

"Pour l´Iran il pourrait être quasiment impossible d´importer des produits humanitaires dont il y a un besoin urgent, et cela pourrait provoquer de grandes souffrances. Par exemple si les médicaments des hôpitaux s´épuisent alors que les médias internationaux n´en rendent pas compte", a-t-il ajouté.

Le rapporteur de l´ONU a lancé un appel aux États-Unis pour qu´ils fassent preuve de leur engagement à permettre l´entrée de produits agricoles, alimentaires, de médicaments et dispositifs médicaux en Iran.

Il a également applaudi la manière dont la communauté internationale a refusé cette agression économique.

"Sincèrement, j´espère que la communauté internationale s´unisse pour voir que le monde ne se transforme pas en un champ de bataille dû à une guerre économique généralisée", a-t-il signifié.

Jazairy s´est également exprimé au sujet de la Déclaration de l´ONU qui fait référence aux Principes de Droit International au sujet des Relations Amicales et de Coopération entre les États, lesquels exhortent à résoudre les différents par le biais du dialogue et de relations pacifiques.

Il a également rappelé que, "de la même manière, ce document demande d´éviter l´usage de politiques économiques, ou autres mesures, pour contraindre un autre État quant à l´exercice de ses droits souverains".

Idriss Jazairy a été nommé en mai 2015 premier rapporteur spécial au sujet de l´impact négatif des mesures coercitives unilatérales sur les droits de l´homme par le propre Conseil des Droits de l´Homme de l´ONU.

Les rapporteurs spéciaux de l´ONU font partie de ce qui est reconnu comme des procédures spéciales du Conseil des Droits de l´Homme: un groupe de mécanismes indépendants qui étudie les faits.

Ces experts travaillent volontairement, ils ne font pas partie du personnel de l´ONU, et ne reçoivent aucun salaire pour leurs travaux.

En mai dernier, les États-Unis ont annoncé leur retrait du dénommé Plan d´Action Intégrale Conjoint, ce qui a mis en danger l´accord signé par ce pays, l´Iran, la Chine, la France, le Royaume-Uni, la Russie et l´Allemagne.

Les sanctions levées par Washington contre Téhéran, compte tenu de cet accord nucléaire en 2015, sont de nouveau entrées en vigueur le 7 août par un ordre exécutif du président nord-américain, Donald Trump.

peo/rgh/ifb