Agence de Presse de l'Amérique Latine

L´Équateur expulse l´ambassadrice du Venezuela suite aux déclarations de Caracas

Quito, Caracas, 19 octobre (Prensa Latina) Le gouvernement de l´Équateur a annoncé hier l´expulsion de l´ambassadrice du Venezuela à Quito, Carol Delgado, après avoir qualifié d´offensantes les récentes déclarations du ministre vénézuélien de la Communication et de l´Information.


"Face aux expressions offensantes formulées hier par le ministre de la Communication et de l´Information (vénézuélien), Jorge Rodriguez, à l´encontre du premier mandataire équatorien, Lenin Moreno Garces, le gouvernement national a décidé d´expulser de notre pays l´ambassadrice du Venezuela en Équateur", a annoncé la chancellerie locale dans un communiqué.

Le Ministère équatorien des Relations Extérieures et de la Mobilité Humaine a précisé qu´il ne tolérera aucun manque de respect à ses autorités.

Puis il a également ratifié le fait que, "fidèle à ses principes démocratiques et humanitaires", il continuera d´offrir son assistance aux citoyens de la nation voisine qui entrent sur ce territoire andin.

La veille, le titulaire vénézuélien de la Communication et de l´Information a accusé le mandataire équatorien d´avoir menti lors de son récent discours, devant l´Assemblée Générale des Nations Unies, dans lequel il a fait référence au nombre de vénézuéliens qui ont immigré en Équateur ces derniers mois.

Par ailleurs, le gouvernement bolivarien du Venezuela a déclaré persona non grata la chargée des Affaires de l´Équateur dans ce pays, Elizabeth Mendez, comme acte de réciprocité face à l´expulsion de l´ambassadrice Carol Delgado.

Dans un communiqué émis par la chancellerie bolivarienne, l´exécutif rejette "la réaction intolérante et disproportionnée" de son homologue en Équateur à la suite de l´exposé réalisé par le ministre de la Communication et de l´Information quant aux chiffres manipulés par les autorités du pays voisin au sujet de la migration de vénézuéliens.

"Depuis la tribune sacrée des Nations Unies, le président de l´Équateur, Lenin Moreno, lors d´un acte inédit d´agression contre le Venezuela, a dédié le quart de son intervention à mentir au sujet de la réalité du phénomène migratoire", a précisé le Ministère des Relations Extérieures de Caracas.

Le communiqué de la chancellerie indique que lors de son allocution du 25 septembre dernier devant l´Assemblée Générale de l´ONU, Lenin Moreno "a menti quant au volume de migrants vénézuéliens",  tout comme au sujet "de la prétendue, mais jamais démontrée, attention qu´ils reçoivent de la part de son Gouvernement".

"Il a menti sur les conditions de santé des vénézuéliens qui transitent par le territoire équatorien et a attaqué, par de tendancieuses calomnies, l´honorabilité et le caractère populaire du Gouvernement du Venezuela", a signalé la chancellerie.

Puis la diplomatie de Caracas a ajouté que "cet acte, à l´encontre des historiques relations de fraternité entre les deux pays, est une des principales conséquences du nouveau rôle qui a été assigné à l´Équateur dans la mise en œuvre du plan dessiné par Washington pour forcer un changement inconstitutionnel de régime au Venezuela".

Les autorités vénézuéliennes ont en ce sens réitéré leur rejet de la systématique intromission dans leurs affaires étrangères de la part du président équatorien Lenin Moreno.

peo/nm/scm/ga/wup