Agence de Presse de l'Amérique Latine

De nombreux catholiques nicaraguayens s'élèvent contre les attitudes putschistes de leur évêque

Managua, 1er novembre (Prensa Latina) Plusieurs communautés catholiques du Nicaragua ont aujourd'hui dénoncé les attitudes putschistes de l'évêque auxiliaire de Managua, Silvio Bàez, dans une lettre adressée au Pape François qui a été remise au nonce apostolique du Vatican pour le Nicaragua, Stanislas Waldemar.


Selon la communauté chrétienne de l'Apôtre Saint Paul, cette missive, signée par 284 mille paroissiens, traite de la conspiration fomentée par Bàez contre le Gouvernement du Nicaragua, conspiration qui a été confirmée par le contenu des récents enregistrements rendus publics et dans lesquels on entend l'évêque auxiliaire de Managua s'exprimer de manière non-équivoque.

Les croyants signataires de cette lettre prient pour que Dieu accorde la sagesse au Pape afin de prendre les meilleures décisions au sujet de cet évêque, dont les actions, au moment des événements, ont encouragé la violence et la désunion, en désaccord complet avec ce qu'auraient dû être ses tâches pastorales et les mandats que le Pape lui-même demande aux autorités ecclésiastiques de respecter.

"Il est devenu notoire que l'évêque Báez, à travers ses messages, ses twitts et son activité politique a encouragé, et qu'il encourage encore, des actions qui opposent les familles nicaraguayennes les-unes contre les-autres", peut-on lire dans ce texte.

Il y est également fait mention du fait que " monseigneur a incité à l'action des groupes extrémistes et reconnus comme tels", pendant les mois d'avril, de mai et de juin, à une époque où le pays vivait dans la peur des "barrages de la mort" ( le blocage des rues et des routes) et que le pays  était pris en otage.

La lettre rappelle que, pendant ces mois, des centaines de compatriotes furent séquestrés, torturés et assassinés, que nombre d'entre eux sont encore portés disparus et que des biens publics et privés furent alors détruits, portant ainsi gravement atteinte à l'économie nationale.

Tous ces actes, affirme la lettre, ont été  célébrés par l'évêque dans ses messages insolites qui encourageaient les auteurs de cette haine, de cette violence, de cette destruction et de ces crimes à continuer à semer le chaos.

Dans leur missive, les paroissiens demandent aussi au Pape de nommer Bàez à d'autres tâches en espérant que l'évêque ne continue pas à encourager les pays étrangers à prendre des sanctions économiques contre le Nicaragua, ni à fomenter la division politique, les conflits sociaux, la haine et le ressentiment parmi la population du Nicaragua.

De même, ils sollicitent du chef de l'église catholique qu'il se penche sur les problèmes de leur pays et les aide à promouvoir la réconciliation et la paix dans les familles et les communautés.

"Nous désirons que les gens se rencontrent. Nous désirons renforcer les valeurs d'harmonie, de cohabitation et de convivialité  à partir de notre travail dans les écoles, les centres de santé, les communautés, la famille et toutes les entités publiques et privées susceptibles de nous aider à restaurer la bonne volonté parmi les nicaraguayens", poursuit le texte.

Et pour conclure, ils disent attendre les décisions du pontife en espérant qu'il continuera à œuvrer pour la paix et l'amour et à accorder sa bénédiction au peuple nicaraguayen comme il l'a toujours fait.

peo/agp/lla/cvl