Articles

L´ex-président de l´Équateur, Rafael Correa, poursuivi pour enlèvement

Par Sinay Cespedes Moreno

Quito, 9 novembre (Prensa Latina) La juge Daniela Camacho a décidé de poursuivre l´ex-président de l´Équateur Rafael Correa pour le délit d´enlèvement dans l´affaire concernant Fernando Baldas, prétendument kidnappé en Colombie en 2012.


Lors de la décision, qui a été prise à la Cour Nationale de Justice, ont également été dictées des poursuites à l´encontre de trois personnes prétendument impliquées dans les faits : Pablo Romero (ancien directeur du Service National de Renseignement), puis Raul Chicaiza et Diana Falcon (ex-agents de renseignement).

Les accusateurs avaient initialement demandé à juger l´ancien mandataire pour association illicite, mais la juge a déterminé de le poursuivre pour enlèvement.

Camacho a également ordonné la mesure de prison préventive à l´encontre de Correa et Romero, le gèle des comptes bancaires de l´ancien président, puis elle a réitéré la demande de capture à la Police Internationale.

Caupolican Ochoa, avocat défenseur de Correa, a pour sa part rejeté la décision de la juge, puis a considéré qu´elle a agi sous la pression politique et médiatique.

« Ce qui nous surprend réellement c´est la manière dont ont été tirées ces conclusions par ceux qui ont dicté la décision, car il n´y est nullement fait référence aux éléments de décharge qui ont pourtant été développés durant sept heures par la défense de l´économiste Rafael Correa », a-t-il affirmé.

Il a précisé qu´il s´agissait d´une récapitulation des éléments présentés par le procureur et l´accusateur.

Le procès contre Correa a débuté suite à une accusation particulière, du propre Fernando Balda, qui tient l´ancien président pour responsable de la tentative d´enlèvement dont il a été victime en 2012 à Bogotá, en Colombie, où il se trouvait fugitif de la justice équatorienne.

peo/agp/scm