Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le conseiller de Trump se réunira avec le président élu du Brésil

Washington, 22 novembre (Prensa Latina) John Bolton, le conseiller en sécurité nationale du président étasunien, Donald Trump, a annoncé qu´il se réunira le 29 novembre prochain avec la président élu du Brésil, Jair Bolsonaro.


"J´espère rencontrer le prochain président du Brésil à Rio (de Janeiro) le 29 novembre prochain. Nous partageons de nombreux intérêts bilatéraux et travaillerons étroitement pour étendre la liberté et accroitre la prospérité dans tout l´hémisphère occidental", a écrit le conseiller du mandataire républicain sur Twitter.

Bolsonaro, que certains médias qualifient de "Trump tropical", s´est imposé lors du second tour des élections présidentielles du 28 octobre dernier avec plus de 57 millions de voix (55,34 pour cent des suffrages), alors que son rival Fernando Haddad, du Parti des Travailleurs (PT), obtenait près de 46 millions de votes (44,46 pour cent).

La secrétaire de presse de la Maison Blanche, Sarah Sanders, a fait part du fait que le mandataire républicain a appelé Bolsonaro pour le féliciter de sa victoire, et que lors de cet échange ils se sont mis d´accord pour "travailler ensemble pour améliorer les vies des peuples des États-Unis et du Brésil".

Le lendemain, le propre chef d´État nord-américain a fait référence à cette conversation téléphonique sur son compte Twitter en exprimant qu´ils collaboreraient dans les domaines commercial et militaire, "et dans tout le reste".

Le dialogue entre Trump et Bolsonaro a eu lieu deux jours après qu´un groupe de congressistes démocrates ait appelé le secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, à condamner le président d´extrême-droite élu au Brésil, le considérant être une menace pour la démocratie, les droits de l´Homme et la légalité.

"Comme vous devez savoir, Bolsonaro fait régulièrement l´éloge de l´ancienne dictature militaire du Brésil, il a été accusé de prononcer des discours de haine contre les minorités et a dit qu´il ne reconnaitrait pas les résultats des élections s´il perdait", ont exprimé les législateurs dans la missive datée du 26 octobre dernier.

Les 18 signataires du document ont prévenu que le nouveau président élu avait bénéficié d´une campagne marquée par la violence politique et un déluge d´informations fausses et erronées.
   
Ils ont entre autre dénoncé la violence dirigée principalement à l´encontre des partisans du PT, et la haine exprimée par Bolsonaro envers les afro-brésiliens, les indigènes et la communauté LGBT.

peo/jha/mar