Agence de Presse de l'Amérique Latine

De nombreux français soutiennent la manifestation convoquée pour demain à Paris

Paris, 23 novembre (Prensa Latina).  Selon un sondage publié aujourd’hui, une grande majorité de français soutient la manifestation convoquée pour demain dans la capitale afin de protester contre la hausse des prix des carburants et, plus généralement, contre la politique du gouvernement d’Emmanuel Macron.


D’après ce sondage d’Odoxa, huit citoyens sur 10 considèrent cette mobilisation comme légitime, en dépit de tous les efforts médiatiques des autorités pour essayer de “diaboliser” le mouvement populaire des “gilets jaunes” à l’origine de cette manifestation.

Bien que leur revendication première ait été l’augmentation des prix des carburants décrétée par l’exécutif pour cette année et pour l’année prochaine, d’autres demandes se sont greffées à celle-ci  comme, par exemple, l’augmentation des impôts en général et la perte de pouvoir d’achat résultant de la politique gouvernementale.

Selon l’enquête, 81 pour cent des français qualifient le mouvement de “populaire”, 77 pour cent le considèrent “courageux” et 78 pour cent estiment qu’il s’agit d’un “combat mené dans l’intérêt général”.

Samedi dernier, au début de cette mobilisation, on a pu enregistrer plus de deux mille actions au niveau national auxquelles ont participé presque 300 mille personnes.

Pendant toute cette semaine, les blocages de route et de dépôts de combustible se sont maintenus en divers points du pays et l’on attend une grande manifestation pour la journée de demain.

De son côté, le gouvernement maintient son intention d’appliquer, comme prévu, la hausse des prix du carburant et reste ferme devant les revendications des "gilets jaunes”.

Le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, s’est montré très critique sur le prolongement du mouvement et sur l’élargissement des revendications.

“Nous verrons aujourd’hui qu’il existe une radicalisation du mouvement, avec des revendications qui ne sont plus cohérentes et qui partent dans tous les sens. L’intention est de bloquer la  France”, a-t-il déclaré sur la chaine publique France 2.

Le ministre de l’Économie, Bruno le Maire, estime également qu’il est impossible de tolérer ces blocages de route car, affirme-t-il, “la liberté de circulation des français n’est pas négociable”.

peo/agp/lmg