Agence de Presse de l'Amérique Latine

Chomsky affirme que Bolsonaro est un désastre pour le futur du Brésil

Brasilia, 29 novembre (Prensa Latina) "Le président élu Jair Bolsonaro, et son ministre de l´Économie nommé, Paulo Guedes, sont un désastre pour le futur du Brésil", a affirmé l´intellectuel étasunien Noam Chomsky, cité par le site internet Brasil 247.


"Bolsonaro est, définitivement, un d´homme cruel, brutal, enthousiaste défenseur de la torture", a estimé Chomsky au programme de télévision Democracy Now, et dont la publication brésilienne se fait l´écho.

Celui qui est également, et entre autre, écrivain et linguiste, signale qu´ils "croient (Bolsonaro et Guedes) qu´ils pourront voler librement. Le Brésil a d´énormes richesses et ressources, que les deux sont bienheureux d´avoir entre leurs mains. Pour le futur du Brésil c´est un désastre".

Interrogé sur le récent éloge du conseiller en sécurité nationale de la Maison Blanche, John Bolton, rendu à l´homme politique d´extrême-droite récemment élu dans ce pays sud-américain, Chomsky a répondu: "il est totalement naturel que Bolton donne la bienvenue à Bolsonaro".

Le candidat élu "était un peu critique de la dictature militaire dans son pays car elle n´a selon lui pas tué suffisamment de personnes. Il croit qu´elle aurait dû tué 30 mille personnes, comme la dictature argentine, la pire de celles qu´à appuyé les États-Unis en Amérique Latine", signale le philosophe étasunien.

Il estime que Bolsonaro souhaite laisser le Brésil ouvert aux investisseurs, le transformant ainsi en une espèce de caricature de pays. Cela inclut l´ouverture de l´Amazonie à ses partenaires de l´agro-commerce.

Il prévient qu´il s´agit là d´un "coup sérieux qui est porté; si ce n´est pas de fait une sentence de mort pour les espèces de la zone, ce qui signifie un génocide virtuel pour la population indigène qui, selon Bolsonaro, ne mérite pas un centimètre de terre. C´est à dire le type d´homme que Bolton admire beaucoup".

Quant à la désignation de Guedes pour le Ministère de l´Économie et des Finances, Chomsky a été assez didactique : "c´est un économiste de Chicago et d´extrême-droite. Il a passé un certain temps au Chili à l´époque de Pinochet (1973-1990)".

"Il a été franc et ouvert  sur ses plans lors d´entretiens avec la presse brésilienne", a considéré le politologue nord-américain, avant d´ajouter: "c´est très simple, comme il l´a dit, privatiser tout, n´importe quelle chose à laquelle vous pouvez penser".

La raison, le motif, c´est de payer la dette, propriété des institutions financières prédatrices qui volent le pays. L´activiste insiste sur le fait qu´avec ces deux personnages le futur du Brésil sera un désastre, et que cela sera également préjudiciable pour la région.

Selon des analystes, Bolsonaro et le président des États-Unis, Donald Trump, ont des personnalités semblables et coïncident en de nombreuses formes d´aborder la politique, ainsi que dans leurs stratégies de communication.

L´ancien militaire brésilien a gagné les élections du 28 octobre dernier avec plus de 55 pour cent des suffrages. Il prendra ses fonctions le 1er janvier prochain.

peo/tgj/ocs