Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le directeur technique du Barça critique la décision de faire jouer la finale de la Coupe Libertadores à Madrid

Barcelone, 3 décembre (Prensa Latina) Ernesto Valverde, le directeur technique du Football Club de Barcelone, a critiqué la décision de la Confédération Sud-Américaine de Football (Conmebol) de faire jouer la finale de la Coupe Libertadores au stade Santiago Bernabéu de Madrid.


Après les incidents qui ont eu lieu à Buenos Aires avant le match retour entre les deux grandes équipes argentines de Boca Junior et de River Plate, la Conmebol a décidé que la finale aurait lieu en territoire neutre, raison pour laquelle la capitale espagnole a été élue.

S’exprimant sur cette décision, Valverde a trouvé étrange que la finale du tournoi entre les clubs les plus prestigieux d’Amérique Latine se déroule à Madrid, un peu comme si, après une dispute lors de la Ligue des Champions, la finale européenne allait se jouer à Rio ou à Buenos Aires.

Il s’est dit très étonné que ce match, prévu pour le 9 décembre, allait finalement se jouer sur le Vieux Continent, tout en reconnaissant que les circonstances de la dernière rencontre entre les deux équipes avaient été très particulières et avaient pris de court tout le monde.

De son côté, son homologue du Réal Madrid, l’argentin Santiago Solari, a aussi regretté cette décision car, dans son pays, les supporters en faveur de la violence ne sont que peu nombreux.

Pour Santiago Solari, qui est un ancien joueur du River Plate, les déplorables événements ayant émaillé le dernier match entre Boca Juniot et River Plate sont responsables de cette décision qui va briser beaucoup de cœurs.

Il a aussi tenu à signaler que c’était un grand honneur pour le monde du football madrilène d'accueillir au Santiago Bernabéu cette prestigieuse finale de ce grand tournoi, puis il a souhaité que l’ambiance toujours pacifique de ce stade permette aux deux clubs de conclure de manière satisfaisante cette fin de compétition si compliquée.

Toutefois, dans les toutes dernières heures, la direction du River Plate a fait paraitre un communiqué pour faire savoir sont refus de jouer la finale à Madrid. À ses yeux, cette option ne respecte pas l’égalité des chances car elle enlève au club ses supporters locaux.

Ce document, signé par le président du club, Rhodolfo D’Onofrio, et par son secrétaire, Ignacio Villarreal, explique que les forces de l’ordre et de sécurité portent la responsabilité des violents événements du dernier match, ce que la Conmebol confirme.

Le texte ajoute que le fait de jouer dans un pays se trouvant sur un autre continent dénature un tournoi qui ne doit se disputer qu’en Amérique du Sud et entre des équipes appartenant aux associations de la Conmebol.

peo/jha/amm