Articles

L’Inde, la Russie et l’Iran négocient un nouveau corridor qui pourrait faciliter le commerce

New Delhi, 4 décembre (Prensa Latina).  L’Inde, la Russie et l’Iran sont en train de négocier un projet de nouvelle voie de communication pour le transport du fret qui pourrait donner jour à une alternative moins chère et plus courte que le canal de Suez, a-t-on appris à New Delhi.


Cette nouvelle voie de communication, le “Corridor de Transport International Nord-Sud”, est conçu pour relier l’Océan Indien et le Golfe Persique à travers l’Iran, la Russie et l’Europe. Elle aura sept mille 200 kilomètres de long et combinera des voies de transport routières, maritimes et ferroviaires, a fait savoir le journal britannique “The Statesman”.

La  nouvelle route permettra de transporter du fret depuis l’Inde jusqu’au port iranien de Bandar Abbas. Ensuite, les marchandises seront acheminées par voie terrestre à Bandar Anjali, un port iranien qui se trouve sur les rives de la mer Caspienne. À partira de là, les cargaisons seront envoyées au port russe d’Astrakhan et voyageront à travers l’Europe en train.

L’ambassadeur d’Inde en Russie, DB Vekatesh Varma, a récemment visité la région d’Astrakhan pour constater personnellement les préparatifs réalisés par les autorités russes pour développer le port et le rendre opérationnel.

L’Inde, la Russie et l’Iran considèrent qu’il s’agit là d’une initiative importante pour promouvoir la coopération en matière de transport et faciliter la communication entre ces pays.

L’inde, qui est le second pays le plus peuplé du  monde, souhaiterait que cette initiative voit le jour le plus rapidement possible, et ce, malgré les sanctions que les États-Unis imposent contre les pays commerçant avec la Russie et l’Iran.

La capacité de ce corridor est estimée à 20 ou 30 millions de tonnes de marchandises par an. Il réduira le temps de transport et les coûts de 30 à 40 pour cent. À titre d’exemple, on s’attend à ce que le temps de transport entre Mumbai et Moscou soit réduit de 20 jours.

Actuellement les compagnie indiennes de transport doivent acheminer leurs marchandises à travers la Chine, l’Europe ou l’Iran pour accéder aux marchés d’Asie Centrale.

Ces deux chemins sont longs et coutent très cher, celui passant par l’Iran étant considéré comme le plus viable.

peo/mem/abm/gdc