Agence de Presse de l'Amérique Latine

66 pour cent des brésiliens désapprouvent la soumission de Bolsonaro aux États-Unis

Brasilia, 27 décembre (Prensa Latina) Sept brésiliens sur 10 sont contre la politique étrangère du nouveau gouvernement du président JairBolsonaro, dont la ligne directrice est la soumission aux intérêts des États-Unis, révèle aujourd’hui un sondage réalisé par l’institut Datafolha.


L’aliénation à Washington est l’un des axes principaux de la diplomatie de Bolsonaro et de son futur ministre des Affaires Étrangères, Ernesto Araújo, selon une enquête de la journaliste Luciano Coelho, publiée par le quotidien Folha de Sao Paulo.

Selon le sondage de Datafolha, effectué sur deux mille 77 personnes dans 130 municipalités le 18 et 19 décembre, 66 pour cent des personnes interrogées se sont prononcées contre l’idée de privilégier les États-Unis au détriment de la relation avec les autres pays.

La marge d’erreur de ce sondage est estimée à plus ou moins deux pour cent, indique le communiqué.

Araùjo, un diplomate sans expérience et ne recueillant pas l’approbation du personnel technique du Palais Itamaraty (siège du ministère des Affaires Étrangères), a qualifié le président des États-Unis, Donald Trump, de rédempteur de l’Occident, rappelle le portail d’information Brasil 247.

Pour sa part, le fils de Bolsonaro, Eduardo, se montre déjà avec la casquette des supporters pour la réélection de Trump.

Le 22 novembre, un autre sondage, effectué par TV 247 parmi les personnes abonnées à la chaîne, a révélé que 84 pour cent des personnes interrogées étaient contre une subordination de la politique étrangère brésilienne aux intérêts de Trump.

D’après le quotidien DCM, le sondage de Datafolha montre que la famille de Bolsonaro, ainsi que le futur chancelier, s’embarquent dans cette aventure sans l’appui de la majorité des brésiliens.

Ce choix politique, souligne la quotidien, n’a pas non plus le soutien  de la majorité des citoyens nord-américains, comme l’indiquent les résultats des dernières élections qui ont eu lieu aux Etats-Unis où Donald Trump a perdu la majorité à la Chambre des Représentants.

DCM met en garde contre cette attitude qui pourrait devenir la porte de l’enfer pour le Gouvernement de Bolsonaro qui a été élu sans que personne ne sache vraiment vers où il voulait aller.

Pour le quotidien, l’enquête de Datafohla laisse entrevoir que Bolsonaro, aux commandes de la nation risque, de se transformer en une version moderne du commandant du Titanic, le transatlantique britannique qui coula le 15 avril 1912 lors de son voyage inaugural  de Southampton à New-York.

Bolsonaro, le futur président d’extrême droite du Brésil a remporté les élections présidentielles en octobre dernier avec plus de 55 pour cent des suffrages. Il prendra officiellement le pouvoir, le 1er janvier.

peo/tgj/ocs/cvl