Agence de Presse de l'Amérique Latine

"Il n’existe pas de projet d’installation de base militaire nord-américaine au Brésil"

Brasilia, 9 janvier (Prensa Latina) Contrairement à ce qu’avait laissé entendre le nouveau président Jair Bolsonaro, le ministre de la Défense, le général Fernando Azevedo e Silva, a aujourd’hui exclu l’hypothèse de l’installation d’une base militaire des États-Unis au Brésil.


“Le ministre de la Défense déclare qu’il n’existe aucune demande à ce sujet et ne prévoit pas qu’une telle base soit installée au Brésil”, indique un communiqué officiel rapporté aujourd’hui par le quotidien O Estado de Sao Paulo.

Ce communiqué du Ministère de la Défense apparaît un jour après que le journal Folha de Sao Paolo ait divulgué une information selon laquelle Bolsonaro était revenu sur son offre d’installer une base militaire de États-Unis sur le territoire national au cours de son mandat.

Selon ce communiqué, le nouveau président d’extrême-droite a informé les généraux et les hauts responsables des Forces Armées de son changement de point de vue, comme l’a fait savoir le ministre de la Défense, le général Fernando Azevedo e Silva

Le quotidien rappelle que, la semaine dernière, au cours d’un entretien accordé à SBT (Service Brésilien de Télévision), le président “avait soulevé la possibilité d’installer au Brésil une base des États-Unis, pays avec lequel il entretient d’excellentes relations et dont il partage la politique agressive”.

Son ministre des Affaires Etrangères, Ernesto Araujo, avait également confirmé cette intention dont Mike Pompeo, le Secrétaire d’Etat nord-américain présent à la prise de pouvoir de Bolsonaro, le 1er janvier, s’était ensuite félicité. L’article de la Folha avait même rapporté “la surprise des militaires en apprenant cette décision, d’autant plus qu’elle provenait d’un des anciens membres de l’Armée brésilienne, bien connue pour ses idées nationalistes”.

D’après le journal, “ le Haut Commandement de l’Armée, centre de gravité du pouvoir militaire au Brésil, a exprimé son mécontentement à travers des conversations tenues par certains de ses membres avec les généraux quatre étoiles qui se trouvent au sommet de la hiérarchie militaire".

Le journal révèle aussi que “Azevedo e Silva, lui-même ancien membre de l’Armée et maintenant  à la réserve, s’est entretenu avec Bolsonaro à ce sujet. Les États-Unis, précise le journal, ont plus de 800 bases dans quelques 80 pays, mais aucune base active en Amérique du Sud”.

Dans l’un de ses articles parus dans le journal digital Brasil 247, le sociologue Marcelo Zero précise que les États-Unis dépensent environ 100 milliards de dollars pour entretenir ces 800 bases éparpillées dans le monde entier. Si, un jour, le nouveau gouvernement décidait de céder une partie de son territoire pour que les États-Unis installent une de ses bases dans l’Atlantique Sud, cela représenterait la capitulation ultime de la souveraineté brésilienne, estime ce journal.

“Si cette décision se concrétise, elle sera pratiquement irréversible. Nous aurons alors un Guantanamo du Sud, une tâche éternelle sur notre territoire et sur la souveraineté du Brésil”.

tgj/ocs