Articles

Les termites atténuent les effets de la sécheresse

Londres, 11 janvier (Prensa Latina) Pendant les périodes de sécheresse dans les forêts tropicales, les termites jouent un rôle capital dans les processus de survie des écosystèmes.


Afin de prouver l’exactitude de leur thèse, les auteurs de ce travail de recherche publié hier, des scientifiques de l’Université de Liverpool et du Musée d’Histoire Naturelle, ont effectué des expériences dans la jungle tropicale de Bornéo et en Malaisie durant, et après, l’extrême sécheresse causée par El Niño en 2015-2016.

L’équipe a pu comparer des zones avec beaucoup de termites à des zones où ces insectes avaient été éliminés expérimentalement à l’aide de techniques ultramodernes, peut-on lire dans  cet article publié par la revue Environment.

Selon ces scientifiques, au cours de cette période de grande sécheresse, les zones habitées par un grand nombre de termites ont connu un taux plus élevé de décomposition du feuillage et des substances nutritives ayant permis une augmentation de l’humidité et un taux de survie plus élevé des plantes.

Selon l’écologiste Kate Parr, de la Faculté des Sciences Environnementales  de Liverpool, ces expériences ont permis non seulement de mieux connaitre l’influence de la sécheresse sur la flore tropicale mais aussi de mettre en évidence l’effet protecteur des termites.

Ces insectes ont beau être petits, leur présence collective n’en demeure pas moins très efficace quand il s’agit de réduire les effets négatifs d’un changement climatique sur les systèmes tropicaux, a-t-elle précisé.

Les résultats de notre étude sont importants car ils démontrent que les communautés biologiques intactes peuvent jouer le rôle d’assurance écologique en maintenant les possibilités de survie des  écosystèmes au cours des périodes de stress environnemental, explique Hannah Griffiths, la directrice des travaux.

Pour Paul Eggleton, chercheur au musée d’Histoire Naturelle, nous sommes en train de nous rendre compte de l’importance écologique des invertébrés, et en particulier des insectes ayant une vie sociale. Les termites et les fourmis sont peut-être de petites choses, mais qui gouvernent le monde, conclut-il.

peo/agp/rml