Agence de Presse de l'Amérique Latine

Échec de la proposition étasunienne contre le gouvernement de Maduro à l´OEA

Washington, 25 janvier (Prensa Latina) La majorité des pays de l´Organisation des États Américains (OEA) a évité de reconnaitre hier à Juan Guaido comme président intérimaire du Venezuela, ce malgré les pressions des États-Unis appelant à le soutenir.


Même si le propre secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, a été présent ce jeudi au siège de l´organisme dans cette capitale pour appeler à soutenir le député de l´Assemblée Nationale vénézuélienne (organe inhabilité depuis 2016 pour ne pas avoir respecté une sentence du Tribunal Suprême de Justice (TSJ) et avoir fait prêté serment à trois députés de l´État d´Amazonas, alors qu´ils étaient suspendus pour des irrégularités dans le processus électoral de 2015), qui s´est autoproclamé président du pays, la proposition n´a été secondée que par 15 autres membres des 34 actifs que compte l´OEA.

L´Argentine, les Bahamas, le Canada, le Brésil, le Chili, le Costa Rica, l´Équateur, la Colombie, le Honduras, le Guatemala, Haïti, le Panama, le Paraguay, le Pérou et la République Dominicaine, en plus des États-Unis ont signé une déclaration de soutien à ce qui a été dénoncé par le Gouvernement constitutionnel du Venezuela comme une tentative de coup d´État.

"Nous reconnaissons et exprimons notre entier soutien au président de l´Assemblée Nationale, Juan Guaido, qui a assumé le poste de président en charge de la République du Venezuela", précise le document.

Le texte dit suivre les normes constitutionnelles et qualifie d´illégitime le mandataire du pays sud-américain, Nicolas Maduro, et ignore donc le fait qu´il a été réélu le 20 mai 2018 pour la période 2019-2025 avec 67,84 pour cent des suffrages exprimés.

La représentante du Venezuela au sein de l´organisme, Asbina Ixchel Martin, a rejeté cette déclaration et signalé qu´elle n´a pas le consensus de tous les États de l´organisation continentale.

"Le communiqué qui a été lu ici n´est pas une déclaration de l´OEA, c´est un simple pamphlet. L´opinion publique ne peut être trompée. C´est une opération de propagande qui tente de justifier le coup d´État", a estimé la dplomate.

L´intervention de Pompeo lors de la session extraordinaire du Conseil Permanent de l´OEA a été interrompue par Medea Benjamin, cofondatrice du groupe pacifiste étasunien Code Pink (Code Rose), qui est entrée dans le salon avec une pancarte sur laquelle on pouvait lire: "Ne soutenez pas un coup d´État au Venezuela".

La déclaration du secrétaire d´État nord-américain et des autres 15 pays en faveur de Guaido a eu lieu un jour après que le président étasunien, Donald Trump, ait reconnu ce dernier comme mandataire intérimaire de la nation sud-américaine.

Elle a également était tenue après que le propre Mike Pompeo ait défié la décision de Nicolas Maduro de rompre les relations diplomatiques avec les États-Unis, en raison de l´interventionnisme de Washington, en déclarant: "les États-Unis maintiennent des relations diplomatiques avec le Venezuela, et elles continueront par le biais du président intérimaire Juan Guaido".

peo/agp/mar