Agence de Presse de l'Amérique Latine

Furieuse attaque de Mike Pompeo contre la Russie et la Chine en Hongrie

Budapest, 11 février (Prensa latina) Le secrétaire d´État des États-Unis, Michael Pompeo, a débuté ici une tournée en Europe par une furieuse attaque contre la Russie et la Chine pour leur présence dans certains pays de la région.


À la suite d´une rencontre avec le ministre magyar des Affaires Étrangères et du Commerce, Peter Szijjártó, il a déclaré en conférence de presse conjointe que Washington ne permettra pas que (le président de la Russie, Vladimir) Putin sème la division au sein de l´Organisation du Traité de l´Atlantique Nord (OTAN).

À un autre instant de son intervention, il a signalé que l´agenda de son voyage par plusieurs pays du vieux continent contient la préoccupation des États-Unis quant à l´influence de plus en plus importante de la Chine et la Russie dans la région.

Il a ajouté que son pays se verra obligé de réduire l´ampleur de certaines opérations en Europe et dans d´autres lieux si ces États continuent de coopérer avec Huawei, l´entreprise chinoise de haute technologie spécialisée dans la recherche, le développement, la production électronique et le marketing d´équipements de communications.

À ce sujet, il a dit qu´il signalera au premier ministre hongrois, Viktor Orban, ainsi qu´à d´autres personnalités officielles du pays, le risque de ces liens en matière de sécurité de l´information et de confidentialité, raison pour laquelle la coopération avec Washington pourrait être affectée.

Même s´il a exprimé reconnaitre la souveraineté de tous les pays pour adopter leurs propres décisions quant à ces sujets, Pompeo a ajouté que les États-Unis partagent des connaissances avec ces nations, ce pourquoi la présence de cette entreprise ici représente un risque.

« La Chine pourrait profiter de cela d´une manière qui ne servirait pas les intérêts de la Hongrie », a-t-il continué. « S´il y a des équipements d´Huawei où sont présents des systèmes étasuniens essentiels, cela nous empêchera d´être partenaires », a-t-il souligné.

Il a estimé que l´absence des États-Unis dans cette région due aux politiques d´administrations antérieures a été une stupidité et a nui aux intérêts nationaux de Washington.

Szijjártó a pour sa part tenu un discours sur l´ampleur et la force des liens entre les deux pays, en ajoutant que grâce à eux le Gouvernement de Hongrie et l´administration de Donald Trump ont la même ou similaire approche en ce qui concerne de nombreux dossiers politiques et internationaux.

« La Hongrie base sa politique extérieure sur le respect mutuel et c´est pour elle une affaire de principe de rejeter toutes les actions européennes qui jugent les décisions souveraines des États-Unis en politique extérieure », a-t-souligné.

Des sources journalistiques à Budapest estiment que parmi les missions du chef de la diplomatie étasunienne existe celle qui consiste à convaincre les autorités hongroise de renoncer au projet de gazoduc de Turquie, et donc d´accélérer les travaux d´installations destinées à recevoir du gaz liquide nord-américain.

Mike Pompeo se rendra également en Slovaquie, Pologne, Belgique et Islande, selon ce qui a été annoncé.

peo/acl/rmh