Agence de Presse de l'Amérique Latine

En Irak, la violence a fait 175 000 morts

Bagad, 12 février (Prensa Latina) Presque 175 000 personnes sont mortes en Iraq depuis l'invasion et l'occupation par les États-Unis en 2003, peut-on aujourd'hui lire sur les colonnes du site digital de Al Sumaria News.


Ce chiffre sur les décès causés par la violence au cours de ces 16 dernières  années se base sur les incidents de sécurité quotidiens, sur les sources fournies par les Ministères  de la Santé et de l'Intérieur, et sur les statistiques publiées par l'ONU.

Selon l'article, la capitale arrive en première place pour le nombre de morts violentes, suivie, dans l'ordre, par les provinces de Ninive, de Salahuddin, Diyala, Anbar et Babel.

Les zones du centre et du sud sont celles qui enregistrent le plus petit nombres de victimes. À l'inverse, parmi les régions, le Kurdistan arrive en tête pour le nombre de décès dus à la violence.

Les jeunes sont la catégorie de la population la plus touchée, suivie par les enfants et par les femmes.

Les sources utilisées par Al Sumaria News précisent qu'environ 25 mille personnes se trouvaient sur des lieux de culte lorsqu'elles ont perdu la vie.

peo/tgj/arc