Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le passé criminel de l´envoyé de Trump pour le Venezuela est dénoncé

Washington, 15 février (Prensa Latina) La presse rapporte aujourd´hui que la législatrice étasunienne Ilhan Omar a accusé le diplomate Elliott Abrams de soutenir les massacres de l´Armée durant la guerre civile au Salvador, puis a questionné ses témoignages au sujet du Venezuela.


Lors d´une audience avant-hier devant le Comité des Relations Extérieures de la Chambre des représentants, Omar a accusé l´envoyé spécial du mandataire Donald Trump pour le Venezuela de ne pas condamner, et même de soutenir, les violations commises dans le pays centre-américain lors des années 80 du siècle dernier.

"En 1991, vous vous êtes déclaré coupable de deux charges retenues contre vous pour rétention d´information au Congrès concernant votre participation au scandale Iran-Contras; même si vous avez ensuite était gracié par le président Georges Bush", a signalé Omar en s´adressant à Abrams.

"Je ne comprend pas pourquoi les membres de ce comité ou le peuple étasunien doivent espérer que tout témoignage que vous apportiez aujourd´hui (au sujet du Venezuela) soit sincère", a-t-elle exprimée.

Face aux allégations d´Abrams, la législatrice a nié le fait qu´il s´agisse d´une attaque personnelle et a souligné que Donald Trump est en train d´étudier une intervention avec des troupes étasuniennes dans le pays sud-américain, raison pour laquelle "il est raisonnable de se demander si vous avez appris des actions cruelles et illégales adoptées lors du mandat de Ronald Reagan".

"Soutiendriez-vous une faction armée à l´intérieur du Venezuela qui soit impliquée dans des crimes de guerre, des crimes de lèse humanité ou un génocide si vous pensiez qu´elle servait les intérêts des États-Unis, comme vous l´avez fait au Salvador, au Nicaragua et au Guatemala?", a questionné la législatrice.

"Je ne vais pas répondre à cette question. Je n´ai pas l´impression que cet interrogatoire prétende obtenir d´authentiques réponses donc je ne répondrai pas", a manifesté Abrams en suivant.

La représentante a rappelé que le 8 février 1982, Abrams, alors secrétaire d´État adjoint au Droits de l´Homme, avait témoigné devant la Commission des Relations Extérieures du Sénat au sujet de la politique de Washington au Salvador. "Lors de cette audience vous aviez rejeté les rapports concernant le massacre d´El Mozote, lors duquel plus de 800 civils, y compris des enfants âgés de deux ans, ont été brutalement assassinés par des troupes entrainées par les États-Unis", a-t-elle précisé.

"Des années plus tard, vous avez considéré que la politique de notre Gouvernement au Salvador avait était un fabuleux succès. Vous le pensez toujours?", a demandé Omar.

peo/mgt/rob