Articles

Une entreprise de sous-traitance militaire colombienne coordonne un acte hostile au Venezuela

Caracas, 20 février (Prensa Latina) Des médias vénézuéliens ont dénoncé hier que la compagnie colombienne LinkTic, coordinatrice d´un concert "humanitaire" pour le Venezuela à Cucuta, ville colombienne à la frontière avec ce dernier pays, est sous-traitante de la Force Aérienne de Colombie.


LinkTic est en charge de la page internet de l´événement organisé par le britannique Richard Branson (Virgin Compagnie) pour récolter 100 millions de dollars destinés à "palier" la prétendue crise humanitaire au Venezuela, a publié le blog alternatif La Tabla.

L´événement, annoncé pour le 22 décembre sur le pont Simon Bolivar -principale voie terrestre entre Norte de Santander en Colombie, et Tachira au Venezuela-, fait partie de l´agenda qui cherche à promouvoir l´idée de chaos pour favoriser un changement de pouvoir sous couvert de conflit humanitaire, ont dénoncé les autorités de Caracas.

Le médias spécialisé en données informatiques indique que "la relation de cette entreprise, propriété de Fernan Ocampo, avec l´aviation colombienne peut se vérifier par l´existence de dizaines de liens au domaine de LinkTic avec des contenus de l´École de Renseignement Aérien".

"Même si la campagne assure que l´objectif de 100 millions de dollars est destiné à une "aide" pour le Venezuela, il n´y a aucune organisation politique qui en assume la responsabilité; raison pour laquelle des fraudes ne sont pas écartées", souligne La Tabla.

Selon ce site, il s´agit de la même entreprise qui a massivement créé des comptes robots sur Twitter pour soutenir la candidature d´Enrique Peñalosa à la mairie de Bogotá en 2016; et qui offrait des photos de nus pour des commentaires positifs et des "likes" accordés sur Facebook.

La scandaleuse manipulation des "Likes pour des nus" a été révélée en mars 2017 par le chroniqueur du média colombien El Espectador, Yohir Akerman.

LinkTic a créé les sites internet venezuelaaidlive.com (venezuela aide en direct) et ayudaylibertad.com (aide et liberté), enregistrés le 14 février dernier, qui ne contiennent uniquement que quelques vidéos de promotion et le lien vers une application de dons à compter de 100 dollars.

Suite à l´annonce de ce concert aux prétendues fins humanitaires, plusieurs acteurs sociaux ont questionné l´intérêt de Bogotá pour cette activité, programmée la veille de la date annoncée par l´opposition vénézuélienne pour l´entrée de l´ "aide" envoyée depuis Washington, et justement stockée à Cucuta.

À ce sujet, la journaliste de la chaîne de télévision multinationale Telesur, Madelein Garcia s´est demandé si des autorités et des chanteurs soutiendront cette activité et non d´autres destinées à demander la fin des assassinats de leaders sociaux dans cette région colombienne.

"Dans le Norte de Santander des artistes comme Carlos Vives et d´autres donneront un concert pour la "liberté du Venezuela", mais non pour la fin des exactions dans leur pays. Il y a des villages fantômes déplacés par des paramilitaires, depuis que Duque (président actuel de la Colombie) a prêté serment il y a eu 107 leaders sociaux assassinés", a-t-elle dénoncé sur Twitter.

Le ministre de la Culture du Venezuela, Ernesto Villegas, a assuré que cet événement a pour objectif de "bénir l´agression militaire" contre son pays. Les autorités vénézuéliennes ont également prévu d´organiser des activités en soutien à la Révolution Bolivarienne à cette frontière, côté vénézuélien bien sûr, et à la même date.

peo/tgj/wup/ebr