Articles

Objectif stratégique des États-Unis contre le Venezuela: Éteindre TeleSur

Caracas, 20 février (Prensa Latina) Les attaques du Gouvernement des États-Unis contre le Venezuela afin de transformer le pays en colonie, attaques dont la tentative de coup d'État deJuan  Guaidó est l'un des exemples, n'est pas l'unique objectif de Washington. Mettre fin aux émissions de TeleSur, l'une des rares sources d'information opposée au forcing de la pensée unique nord-américaine, en est un autre.


Avant même son apparition sur les ondes, TeleSur était déjà décrit par le commandant Hugo Chavez comme le projet de communication le plus important du XXIème siècle en Amérique Latine, raison pour laquelle, il y a plus d'une dizaine d'années, de nombreux membres du Congrès nord-américain, des diplomates et d'autres dirigeants de Washington essayèrent, dès le début, de tuer le projet dans l'œuf.

Le but de TeleSur était de porter la contradiction au message hégémonique du Nord en créant une plateforme d'information multinationale sud-américaine, au sein de laquelle des journalistes et des travailleurs dans le domaine de la culture offriraient à leur région et au monde les images et la voix de l'Amérique Latine à partir d'une perspective qui leur était propre.

Selon les mots du journaliste uruguayen Aram Aharonian dans un article publié par "Rébellion", afin de clarifier les projets de la nouvelle chaine, il ne s'agissait pas de faire une version de CNN latino-américaine ou de gauche, mais de révolutionner la télévision en réunissant rigueur journalistique, véracité, qualité, divertissement, information et formation au métier de citoyen.

Ces mots, écrits par l'un des fondateurs de TeleSur, montre à quel point, dès la fin de 2001, au cours d'une conversation personnelle avec Chavez, on pensait déjà à la nécessité de garantir la souveraineté du Venezuela dans le domaine de la communication. "La diffusion à l'extérieur des programmes de la chaîne dépendait d'une seule sortie satellitaire: celle de la chaine officielle de "Venezolana de Televisón", la chaîne nationale officielle du Venezuela", expliquait Aharonian.

Il expliquait également comment la première chose que fit l'opposition lors du coup d'Etat du 11 avril 2002, fut de bombarder le siège de la chaîne nationale. Et au même moment, les chaînes appartenant aux médias hégémoniques passaient des téléfilms à l'eau-de-rose et de la musique afin de rejeter dans le néant un peuple qui se soulevait pour réclamer le retour de son président constitutionnel.

Aharonian rappelle comment, à l'époque, il fallut créer un espace public et multinational afin de diffuser une réalité régionale qui était rendue invisible, obnubilée, réduite  à néant ou minimisée, en grande mesure, par les médias des pays développés et parfois même par les plateformes de communication commerciales de la zone.

De nos jours, lorsque la Maison Blanche met en place un coup d'État contre les institutions du Venezuela, TeleSur répond en lançant une campagne mondiale ayant pour nom "Les Tambours de la Paix" afin d'encourager la participation populaire et de rétablir ainsi la stabilité et la paix.

La soif de pouvoir des autorités nord-américaines cherche à dominer le Venezuela et à s'approprier de ses ressources naturelles. Leur but, dans le domaine de la communication, est donc d'éliminer toute source d'information montrant réellement ce qui se passe au Venezuela, raison pour laquelle Washington s'emploie à détruire de telles sources et, parmi elles, TeleSur.

peo/rgh/odf