Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le New-York Times dévoile de nouveaux mensonges des États-Unis

Caracas, 11 mars (Prensa Latina) Alors que le Venezuela fait face à des actions déstabilisatrices de la part de la droite, le quotidien étasunien The New York Times (NYT) révèle les mensonges des autorités de la Maison Blanche, a assuré le chancelier du pays sud-américain, Jorge Arreaza.


Par le biais du réseau social Twitter, le ministre des Relations Extérieures a précisé qu´une enquête publiée la veille par le média nord-américain démontre comment les camions qui transportaient la prétendue aide humanitaire vers le territoire vénézuélien le 23 février dernier ont été brulés par des manifestants de l´extrême-droite d´opposition.

Arreaza a à ce sujet conclu que l´investigation du NYT dévoile un autre mensonge d´une grande importance : celui du conseiller en Sécurité Nationale des États-Unis, John Bolton ; du secrétaire d´État, Mike Pompeo, et des présidents de la Colombie, Ivan Duque, et du Chili, Sebastian Piñera, entre autres, qui ont soutenu la thèse selon laquelle l´Exécutif de Caracas avait ordonné l´attaque contre cette supposée assistance humanitaire.

Le diplomate a ainsi rejeté la manière dont laquelle les corporations médiatiques ont suivi la ligne erronée et guerrière de Washington pour justifier une intervention armée contre le pays sud-américain, violant ainsi les principes de la Chartes des Nations Unies.

« Dans la guerre contre le Venezuela, la vérité importe peu même si elle est pourtant publique. Le reste du monde prête attention aux faits uniquement lorsqu´un quotidien comme le NYT s´éloigne de la version imposée par le pouvoir (impérialiste) », a jugé l´ambassadeur du pays sud-américain devant l´ONU.

Puis il a ajouté que de nombreux journalistes sont ignorés alors même qu´ils ont des preuves irréfutables entre leurs mains. « La vérité importe peu dans cette guerre, mais le pouvoir lui si importe », a-t-il conclu.

Le politologue franco-argentin Marco Teruggi a demandé aux internautes s´ils se souvenaient des images de la Police Nationale Bolivarienne brulant la prétendue « aide humanitaire » à la frontière colombo-vénézuélienne.

« Non, car elles n´ont jamais existées », a-t-il répondu en ajoutant que c´est « maintenant le New-York Times qui le dit ; et il (ce quotidien) n´a rien de chaviste (en référence au mouvement soutenant la révolution bolivarienne, du nom de l´ancien président Hugo Chavez).

« Faudra-t-il maintenant attendre un article du NYT pour comprendre que les coupures d´électricité ont été l´œuvre d´un sabotage ? », a questionné Teruggi  suite aux tentatives de déstabilisation du pays et du gouvernement de la part de l´extrême-droite nationale et internationale.

peo/agp/odf