Agence de Presse de l'Amérique Latine

La justice vénézuélienne ouvre une nouvelle enquête sur les activités du député d'opposition Juan Guaidó

Caracas, 13 mars (Prensa Latina) Le procureur général, Tarek William Saab, a annoncé que le Ministère Public du Venezuela ouvre une enquête sur la complicité et la participation présumées dans le sabotage du réseau électrique national du député d'opposition Juan Guaidó.


Cette nouvelle enquête contre ce membre de l'Assemblée Nationale (parlement inhabilité par la Cour Suprême de Justice pour refus de respecter la Constitution) s'ajoute aux autres enquêtes lancées le 29 janvier dernier pour actes ayant pour but de déstabiliser la nation.

En effet, le 29 janvier dernier, Guaidó s'est autoproclamé "président en charge" du Venezuela avec le soutien des États-Unis et de ses alliés internationaux. Caracas a qualifié cet acte de coup d'État en cours de développement et a donc entamé  des poursuites contre le député.

Le procureur Saab a indiqué qu'au cours des dernières heures l'opposant a publié des messages sur Twitter considérés comme une incitation au vol de propriété privée puisque le résultat a été le sabotage de la principale centrale hydroélectrique du pays, sabotage qui a laissé 80 pour cent du territoire sans électricité.

"Ce fait ne relève pas d'une coïncidence. Il s'agit d'une escalade de l'agression contre le pays", a affirmé le procureur  général de la République. Il a aussi indiqué  que "d'autres porte-paroles, ont lancé des appels exaltés à la violence et au saccage" et qu'ils sont donc également impliqués dans ces actes de déstabilisation.

Mi-janvier,  le Tribunal Suprême de Justice a pris des mesures conservatoires contre Juan Guaidó, y compris l'interdiction de quitter le pays à laquelle il a désobéi quand, en février dernier, il a traversé la frontière entre le Venezuela et la Colombie pour prendre part à une opération de fausse aide humanitaire, manœuvre qui avait été dénoncée par les autorités comme un évènement destiné à attirer l'attention internationale pour justifier une intervention à l'intérieur du territoire vénézuélien.

peo/rgh/wup