Agence de Presse de l'Amérique Latine

Diaz-Canel qualifie de menaçants les arguments des États-Unis à l´ONU

La Havane, 12 avril (Prensa Latina) Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a qualifié hier d´ingérence et de menaçants les arguments concernant Cuba et le Venezuela de la part du gouvernement des États-Unis devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, et ce dans le cadre de leur croisade contre ce pays sud-américain.


Dans un message sur le réseau social Twitter, le mandataire de l´île a également estimé que les critères exposés par Washington lors de cette session extraordinaire, concernant la situation au Venezuela, étaient faux et insolites.

Puis il a ratifié le fait que Cuba ne renoncera jamais à sa solidarité envers ce pays considéré comme frère.

La veille, devant le Conseil de Sécurité des Nations Unies, le vice-président des États-Unis, Mike Pence, a exhorté l´organisme multilatéral à reconnaitre Juan Guaido, leader de l´Assemblée Nationale du Venezuela, inhabilitée depuis 2016, qui s´est autoproclamé président en charge du pays en totale violation de la Constitution de la nation sud-américaine.

Puis il a signalé que la Maison Blanche élabore un projet de résolution pour tenter d´obliger l´ONU à accepter Guaido et pour que cet organisme multilatéral retire les accréditations aux actuels diplomates vénézuéliens.

Le vice-président nord-américain a reconnu que l´administration étasunienne maintient de fortes mesures et sanctions à l´encontre du gouvernement du président démocratiquement élu Nicolas Maduro, mais a prévenu que ces pressions pouvaient être encore plus sévères.

Pence a également menacé des nations comme la Chine, la Russie, Cuba et l´Iran, puis a signalé que les mesures punitives contre les bateaux qui transportent du pétrole vers l´île caribéenne continueraient d´être appliquées.

C´est dans ce contexte que, lors d´une session solennelle de l´Assemblée Nationale du Pouvoir Populaire de Cuba, pour proclamer la nouvelle constitution de la plus grande île des Antilles, que le premier secrétaire du Comité Central du Parti Communiste cubain, Raul Castro, a réitéré le soutien de son pays au Venezuela et au président Maduro dans ce combat face à l´escalade de l´agressivité des États-Unis.

Il a ensuite dénoncé le fait que les menaces les plus importantes sont concentrées sur le Venezuela, dans le cadre des ambitions hégémoniques de l´actuelle administration de la Maison Blanche, son retour à la doctrine Monroe pour une domination et une ingérence en Amérique Latine et dans les Caraïbes.

Puis Raul Castro a insisté sur le fait que les vénézuéliens faisaient face à une guerre non conventionnelle et une tentative d´asphyxie économique, tout en reconnaissant leur résistance.

peo/mv/lrd