Agence de Presse de l'Amérique Latine

Rejet des mesures contre Cuba aux États-Unis

Washington, 22 avril (Prensa Latina) L´organisation CubanAmericans for Engagement (CAFE) propose aujourd´hui une lettre ouverte au secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, et dans laquelle les signataires peuvent exprimer leur ferme rejet aux nouvelles mesures adoptées contre Cuba.


La missive, publiée ce lundi sur la plateforme Change.org pour que les personnes intéressées puissent la signer, critique l´annonce de la réduction des envois d´argent aux familles cubaines ainsi que d´autres actions rendues publiques par l´administration de Donald Trump le 17 avril dernier.

Selon le texte, l´imposition de limites aux envois vers l´île affecte les familles mais également l´autonomie économique du secteur des petits entrepreneurs de la société civile cubaine.

La CAFE souligne de plus son opposition à l´application de l´article III de la Loi Helms-Burton, « suspendu par les trois administrations (étasuniennes) antérieures, notamment en raison de son caractère extraterritorial et illégal au regard du droit international ».

Puis il est signalé que si cette application se concrétise, elle provoquera non seulement plus de division à l´intérieur de la communauté cubaine, mais également un isolement des États-Unis au sein de la communauté internationale.

« Nous soutenons la position de l´Organisation Mondiale du Travail, des Nations Unies, du Canada, du Mexique, de la Chine et de pays membres de l´Union Européenne, qui ont réclamé la suspension de cette loi et la levée de l´embargo sur Cuba à l´actuelle administration (nord-américaine) », souligne l´organisation.

Cette missive manifeste également un rejet de la limitation des voyages de citoyens étasuniens à Cuba, « ce qui transgresse la liberté de voyage qui est reconnue par l´article 13 de la Déclaration Universelle des Droits de l´Homme ».

« La diplomatie et l´échange de peuple à peuple sont les plus puissants outils de rapprochement et de neutralisation d´hostilités entre les deux nations. Il n´y a pas de meilleur ambassadeur des États-Unis que le propre voyageur étasunien », y est-il estimé.

La CAFE, une organisation de cubano-américains et étasuniens qui promeut la normalisation des relations bilatérales, a également exhorté à « reconsidérer les postures adoptées, et à continuer d´encourager le dialogue comme meilleur instrument de transformation et de rapprochement pour les deux nations ».

Il s´agit là de l´un des groupes de la société civile étasunienne qui ont manifesté leur opposition aux mesures contre l´île rendues publiques la semaine dernière par Pompeo et le conseillernord-américain pour la SécuritéNationale, John Bolton.

Ces actions s´ajoutent à d´autres adoptées depuis le début de l´administration Trump et qui ont fortement nui au rapprochement initié par les deux pays lors du Gouvernement de Barack Obama (2009-2017).

peo/mv/mar