Agence de Presse de l'Amérique Latine

Les États-Unis maintiennent leurs attaques contre le Venezuela et Cuba

Washington, 10 mai (Prensa Latina) Le Gouvernement étasunien a aujourd´hui annoncé qu´il pourrait sanctionner ceux qui opèrent dans le secteur de la défense et de la sécurité de l´économie vénézuélienne, et a imposé des sanctions à deux compagnies liées à l´industrie pétrolière de ce pays.


Dans un communiqué diffusé ce vendredi, le Département du Trésor nord-américain a informé que son Bureau de Contrôle des Actifs Étrangers a identifié deux navires, qui ont transporté du pétrole depuis le pays sud-américain jusqu´à Cuba, et les a donc considérés comme des propriétés bloquées de ces deux compagnies.

Selon le document, l´action d´aujourd´hui cherche à avertir les services militaires et de renseignement du Venezuela, ainsi que tous ceux qui les soutiennent, qu´ils souffriront de graves conséquences pour le continuel soutien au Gouvernement de Nicolas Maduro, que Washington qualifie d´illégitime.

L´administration de Donald Trump cherche à imposer un changement de pouvoir au Venezuela, et réalise en ce sens des actions pour reconnaitre Juan Guaido, député qui s´est autoproclamé président en charge du pays sud-américain avec le soutien de Washington.

Dans le cadre de ces attaques contre la nation latino-américaine, l´exécutif de Trump s´efforce, et s´entête, à accuser Cuba d´avoir des milliers de troupes militaires au Venezuela ; fait continuellement nié par les autorités de l´île, qui compte par contre dans la nation sud-américaine des milliers de collaborateurs des secteurs de la santé, l´éducation, la culture et le sport.

« Les États-Unis prendront encore plus de mesures si Cuba continue de recevoir du pétrole vénézuélien en échange de son soutien militaire », est-il ajouté dans le communiqué de cette après-midi, et selon lequel le chemin destiné à atténuer les sanctions est celui d´actions « concrètes et significatives » qui rétablissent ce que Washington appelle « l´ordre démocratique ».

Selon la déclaration, les nouvelles sanctions sont une réponse directe à l´arrestation de membres de l´Assemblée Nationale, inhabilitée depuis 2016, que les autorités de Caracas accusent de participation flagrante à la tentative de coup d´État du 30 avril dernier, d´ailleurs soutenue par les États-Unis.

L´une des compagnies sanctionnées est Monsoon Navigation Corporation, dont le siège est aux îles Marshall, qui est propriétaire du navire Ocean Elegance ayant transporté, selon Washington, du brut du Venezuela à Cuba entre fin 2018 et mars dernier.

L´autre entreprise est Serenity Maritime Limited, siégeant au Libéria, et propriétaire du navire Leon Dias, également accusé d´avoir transporté du pétrole entre les deux pays et aux mêmes dates.

Ces nouvelles mesures sont rendues publique le même jour où le sénateur républicain Rick Scott a exprimé qu´une intervention militaire étasunienne pourrait être nécessaire au Venezuela, appelant, comme plusieurs figures de l´administration Trump, à la controversée Doctrine Monroe, laquelle défend l´ingérence de Washington en Amérique Latine.

Ce même législateur, fervent défenseur d´actions contre Cuba, a demandé il y a deux jours un blocus naval de l´île pour éviter la livraison de pétrole vénézuélien.

Peo/mv/mar