Agence de Presse de l'Amérique Latine

Le président de Cuba réaffirme que la Loi Helms-Burton est illégale et inapplicable

La Havane, 4 juin (Prensa Latina) Le président cubain, Miguel Diaz-Canel, a aujourd´hui réaffirmé que la Loi Helms-Burton est illicite, inapplicable et n´a aucune valeur ni aucun effet juridique.


Dans un message publié sur le réseau social Twitter, le mandataire a mentionné la Loi cubaine de Réaffirmation de la Dignité, adoptée en 1996 en réponse à la norme étasunienne qui codifie l´embargo économique, financier et commercial contre la nation caribéenne.

L´annonce faite le 17 avril dernier par le secrétaire d´État nord-américain, Mike Pompeo, de mettre fin aux continuelles suspensions de l´Article III de la Loi Helms-Burton a provoqué un ferme rejet, autant à Cuba que dans d´autres parties du monde.

Cet article en question ouvre la possibilité aux citoyens étasuniens de lancer des demandes devant les tribunaux de leur pays contre des personnes ou des compagnies qui « trafiquent » avec une propriété nationalisée –légitimement- par le Gouvernement cubain après 1959.

La législation souligne le caractère extraterritorial de l´embargo contre Cuba.

Lors d´une récente rencontre, des députés et des juristes de l´île caribéenne ont réitéré que les nationalisations et les compensations correspondantes se sont faites en accord avec le droit souverain de Cuba et avec les normes étrangères.

Ils ont également souligné que la législation cubaine mentionnée inclut bien dans ses 14 articles la volonté de négocier la question des nationalisations en suspens avec Washington.

Tout comme il y est également abordé l´indemnisation due à l´État et au peuple cubains pour les dommages occasionnés par 60 ans d´agressions, et ce toujours sur la base de l´égalité et du respect mutuel.

peo/rgh/lbp