Articles

Israël réalise de nouveaux bombardements sur la Bande de Gaza

Ramallah, 14 juin (PrensaLatina) Pour la deuxième journée consécutive, des avions de guerre israéliens ont attaqué plusieurs objectifs dans la Bande de Gaza, endommageant l´infrastructure civile mais sans que de victimes humaines soient reportées.


Les autorités locales ont informé que des avions de combat F-16 ont atteint par trois missiles un site à l´Est du quartier de Zeitoun, au Sud-Est de la ville de Gaza, le réduisant en cendres et endommageant fortement les logements civils voisins.

Selon la même source, l´aviation israélienne a également tiré deux missiles contre la zone du port maritime à l´Ouest de la ville de Khan Younis.

Dans le même temps, l´artillerie israélienne a bombardé des terres cultivées à l´Est de la ville de Rafah, tout comme hier, dans la zone sud de cette enclave côtière et provoquant des dommages matériels.

Tel-Aviv a déclaré que cette dernière série d´attaques aériennes sur la Bande de Gaza était en représailles du lancement la veille d´un missile depuis Gaza, qui a causé des dommages à une maison au sud d´Israël.

Cependant, aucune faction palestinienne n´a jusqu´à l´heure revendiqué cette attaque.

Israël a maintenu un embargo féroce sur la Bande de Gaza depuis que le mouvement palestinien Hamas a gagné les élections et pris le pouvoir en 2007.

Par ce siège terrestre et maritime, Tel-Aviv a nié pendant plus de 12 ans les droits de base des deux millions d´habitants de cette enclave appauvrie et dévastée, diminuant fortement le niveau de vie et augmentant le niveau de chômage à des taux sans précédents.

Sous les Accord d´Oslo signés en 1993, Israël est obligé de permettre la pêche jusqu´à 20 millesnautiques, mais cela n´a jamais été respecté.

Israël maintient une forte présence navale, réduisant le trafic à l´intérieur et à l´extérieur de l´enclave ainsi que la distance de pêche des habitants de Gaza ; cela nuit gravement à plus de 4 500 pêcheurs et plus de 1 500 personnes travaillant dans cette industrie.

Depuis le 30 mars 2018, les habitants de Gaza ont débuté les protestations hebdomadaires de la Grande Marche du Retour le long de la frontière orientale de l´enclave avec Israël, demandant notamment la levée de l´embargo et exigeant leur droit au retour sur les terres ancestrales desquelles leurs familles ont été expulsées lors de la fondation d´Israël en 1948.

peo/tgj/nvo